Cinema

Mort d’Alain Corneau, cinéaste aux multiples registres

31 août 2010 | PAR Coline Crance

Alain Corneau est décédé dans la nuit de dimanche à lundi des suites d’un cancer. Peu de temps après Bruno Crémer , Bernard Giraudeau, voilà une nouvelle personnalité du cinéma français qui nous quitte dans des circonstances similaires.

Alain Corneau est né en 1943. Fan de jazz, adepte des séries noires, il commence sa carrière sous l’égide de Costas Gavras. Peu de temps après il se lance dans une carrière de cinéaste, mais son premier film France société anonyme avec Michel Bouquet connait un échec cuisant. Néanmoins sa passion première pour le genre policier prend le dessus et Alain Corneau renoue avec le cinéma en tournant Police Python 357  qui le propulse sur le devant de la scène et lui permet d’avoir une notoriété publique. Ce goût pour le film noir oriente ses choix cinématographiques tout le long de sa carrière. Il tourne par exemple, le choix des armes en 1981 avec Gérard Depardieu et Yves Montand. Ces deux derniers films le deuxième souffle et Crime d’amour font aussi échos à ce genre du polars qu’il affectionnait tant.

Toutefois la filmographie d’Alain Corneau ne s’est jamais limitée à un seul registre. Cinéaste éclectique , Alain Corneau réalise de nombreux films d’époque, des adaptions littéraires…. Son projet le plus ambitieux est sans doute Fort Saganne tiré du best-sellers de Louis Gardel qui réunit tout le gratin du cinéma français. Mais sa plus grande réussite s’appelle Tous les matins du monde tiré du roman éponyme écrit par Pascal Quignard. Film d’époque, il relate le parcours d’apprentissage de la viole de gambe du jeune Marin Marais chez son maître Monsieur de Sainte Colombe, janséniste convaincu et convaincant…

Mais aujourd’hui comme le disait si bien l’aphorisme dont est tiré le titre de son film :   » Tous les matins du monde sont sans retour  » pour Monsieur Corneau, qui laisse un vide dans le paysage du cinéma français qui perd depuis ces derniers temps toutes ses mémoires vivantes à une vitesse folle.

L’oeuvre de Bernanos récupérée par le FN
Le cinéaste Alain Corneau est mort
Coline Crance

One thought on “Mort d’Alain Corneau, cinéaste aux multiples registres”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *