Cinema
Mike Nichols : Décès d’un lauréat du grand écran

Mike Nichols : Décès d’un lauréat du grand écran

20 novembre 2014 | PAR Marie-Lucie Walch

Le cinéaste américain, de son vrai nom, Michael Igor Peschkowsky, est décédé aujourd’hui à l’âge de 83 ans. Il avait reçu un Life Achievement Award en 2010, un Oscar pour Le Lauréat en 1967, un Emmy, et un Grammy.

Ce fils d’émigrés russes a su s’entourer des meilleurs depuis le début. Elisabeth Taylor, Richard Burton, Dustin Hoffman, Jack Nicholson, Harrison Ford, Sigourney Weaver, Meryl Streep, Robin Williams, Philipp Seymour Hoffmann (du premier ordre on vous dit!), Julia Roberts, Tom Hanks, Nathalie Portman et tant d’autres, ont défilé derrière sa caméra. Il a aussi travaillé avec des scénaristes oscarisés, depuis Qui a peur de Virginia Woolf?, avec Ernest Lehrman (West Side Story, La mort aux trousse) sur son premier long-métrage, jusqu’à son dernierLa Guerre selon Charlie Wilson, avec Aaron Sorkin (The Social Network).

Ses films quelque peu grinçants se situent en biais du cinéma hollywoodien tout en gagnant l’adhésion d’un public large, et sont aujourd’hui de véritables références. Se situant sur la limite entre franche comédie (Postcards from the Edge, What planet are you from?) et dénonciations amères. Les histoires d’amour (Carnal KnowledgeCloser) sont empreintes de trahison et de déception, les relations entre ses personnages se fondent à la fois sur la fascination et le rejet. Les sujets traités concernent de nombreux domaines. Des hommes politiques (Primary Colors, La guerre selon Charlie Wilson), le monde du travail  sans pitié au féminin (Working Girl), l’armée américaine (Catch 22), et le malaise infiltrant la société américaine des années 70(Le Lauréat).

Portée aux nues par les uns, méprisés par les autres, sa filmographie ne laisse personne indifférent, et a permis aux réalisateurs indépendant de constater qu’il est possible de faire des films indépendants qui ont du succès.

Visuel: © Paramount Pictures France

Le « Natural Beauty Museum » enrichit le Festival D’automne d’un questionnement sur le Beau
[Interview] Salut C’est Cool : « On fait cette musique sérieusement, parce qu’elle nous plaît »
Marie-Lucie Walch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture