Cinema

Critique de L’homme au bain de Christophe Honoré, complaisant et racoleur

15 septembre 2010 | PAR Coline Crance

L’Homme au Bain est le dernier film de Christophe Honoré (le réalisateur de Chanson d’amour, Ma mère, Non ma fille tu n’iras pas danser …). Il a été présenté au dernier festival de Locarno cet été. Ce film part d’ un projet de court métrage dans le cadre d’une carte blanche avec le théâtre de Gennevilliers. François Sagat, star du porno gay, et Chiara Mastroianni ont les deux rôles principaux de ce court devenu long métrage. Il sort en salle le 22 septembre.

  Synopsis : «  Entre Gennevilliers et New York Omar et Emmanuel ne s’épargnent rien pour apporter à l’autre la preuve qu’ils ne s’aiment plus » …

Film romantique, film sur les relations amoureuses ? Pas du tout, Christophe Honoré cette fois-ci ne fait pas chanter ses acteurs sur des paroles faussement naïves, mais entraîne plutôt son spectateur dans l’univers du sextape , de la vidéo amateur… Le spectateur ne sait pas sur quel pied danser et surtout comprend au bout d’une demi-heure qu’il ne verra pas un film… Balade fantasmagorique, univers décalé, sexe et plaisir tape à l’œil, la vulgarité n’épargne pas le film de Christophe Honoré qui prend vite des allures de mauvais porno, et cette délectation « spermique » ne semble pas vraiment combler la vacuité de son propos. Ah oui, certes chez Honoré intervient toujours le moment culture, là où se révèle son « surmoi » Nouvelle vague … ! Parfois sincère dans certains autres de ses films, ici, la complaisance prime: le titre L’homme bain est une référence à l’un des tableaux de Caillebotte qui vécut à Gennevilliers …. , la rencontre fantasmée et « littéraire » entre François Sagat et Chiara Mastroianni, lien artificiel entre les deux récits, devient vite un mauvais rêve d’une Nouvelle Vague dépassée …

Et pourtant faire se croiser Chiara Mastroianni et François Sagat, qui révèle ici un jeu sensible et pas dénué de talent, était plutôt une bonne idée. Les jeunes acteurs, auditionnés au hasard des rues, sont même plutôt bons et leur naturel redonne un peu de spontanéité et de beauté à ce film qui s’embourbe plus qu’il ne s’interroge sur l’érotisme et l’esthétisme naturelle de la nudité.

Mais une nouvelle fois le bât blesse, à force de jouer sur la nudité des corps filmés par une caméra faussement décomplexée, le message s’il existe, se perd. Ce film s’enfonce, tourne à vide et se fait avant tout plus prétentieux et racoleur qu’un appel, une ode à la nudité et à la libéralisation du désir de sa norme sexuée… Si le but ultime était de faire penser au spectateur qu’il voyait un film choc, hors des sentiers battus, c’est une erreur, l’ennui domine dans ce film qui se fait la caricature même d’un genre qu’il se voulait questionner et dépasser…

 


Homme au bain Bande-annonce 1
envoyé par toutlecine. – Regardez des web séries et des films.

Critique Happy Few, l’amour à quatre…
George Michael condamné à cause de sa conduite
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *