Cinema
Les sorties cinéma de la semaine du 6 février

Les sorties cinéma de la semaine du 6 février

05 février 2013 | PAR Lucie Droga

Cette semaine dans les salles, on a le choix : comédie, film d’action et d’espionnage, biopic et même traversée de l’hiver à dos d’âne, cette nouvelle sélection des sorties cinéma vous emmène de la France à l’Inde, en passant par les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite.

Gangster Squad (USA, 1h53) réalisé par Ruben Fleisher, avec Ryan Gosling, Josh Brolin et Sean Penn. Interdit aux moins de 12 ans.

On commence les sorties avec un film d’action, comme on risque de les aimer : dans l’Amérique des années 50, le parrain (Sean Pean) règne sur Los Angeles. Personne n’ose lui ternir tête sauf la petite brigade du LAPD constituée de Ryan Gosling et Josh Brolin.

Gambit, arnaque à l’anglaise (USA, 1h30) réalisé par Michael Hoffman, avec Colin Firth, Cameron Diaz et Alan Rickman.

Une histoire d’argent, sur fond de rodéo : Harry Deane, qui espère s’emparer de la fortune de Lionel Shabandar, monte une arnaque en tentant de lui vendre un faux Monet. Mais pour que son plan soit un succès, il aura besoin d’une reine de rodéo pour le moins excentrique…

La bande des Jotas (FRA, BEL, 1h14) réalisé par Marjane Satrapi, avec Marjane Satrapi, Mattias Ripa, Stéphane Roche

Déroutant ! Oui, cela n’est pas un vain mot pour un road trip où une femme brune embarque deux joueurs de Badminton dans une vengeance surréaliste. La réalisatrice de Persépolis et Poulet aux prunes quitte le graphisme pur pour s’inspirer de l’esthétique des séries d’aventures des années 60. On reste dans l’esprit du  dessin animé, cette Bande des Jotas est assez foutraque !

Shadow Dancer (IRL, BRIT, FR, 1h42), réalisé par James Marsh, avec Andrea Riseborough, Aidan Gillen, Domhnall Gleeson.

Le cinéma britannique nous avait dernièrement proposé le très carré La Taupe, thriller  un peu trop parfait qui manquait  d’ame. Shadow Dancer propose une version plus humaine du film d’espionnage, à la manière de l’excellent Espion(s) avec Guillaume Canet. Un film classique mais parfaitement mené.

Arrêtez-moi (FRA, LUX, 1h39) réalisé par Jean-Paul Lilienfeld, avec Sophie Marceau, Miou-Miou, Marc Barbé. Certaines scènes, propos ou images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Une femme battue passe aux aveux, et confesse le meurtre de son mari, commis il y a plusieurs années. La policière qui l’écoute semble vouloir connaître de plus en plus sa vie et la pousse à parler encore et encore. Dans ce huis-clos étouffant, une histoire éprouvante ?

Hitchcock (USA, 1h38), réalisé par Sacha Gervasi avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson.

En 1959, la carrière d’Alfred Hitchcock semble à son apogée. Après le succès de « La mort aux trousses », il est à la recherche d’un nouveau projet, plus risqué et différent de tout ce qu’il a pu faire auparavant. C’est en lisant « Psycho », de Robert Bloch, qu’il décide de raconter l’histoire du tueur en série Ed Gein. Producteurs, amis, censure, tous vont essayer de le décourager sauf une personne : Alma, son épouse. Femme de l’ombre, habituée aux obsessions de son mari, elle décide de le soutenir au risque de tout perdre. Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé du réalisateur : « Psychose ».

Wadjda (SAOU, 1h37) réalisé par Haifaa Al Mansour, avec Waad Mohammed, Reem Abdullah, Abdullrahman Al Gohani

Wadjda, c’est le nom de l’héroïne du premier long métrage de la première femme cinéaste d’un pays où les cinémas sont interdits : l’Arabie saoudite. Et le film a été tourné dans la capitale même du pays, Riyad. Et Wadjda, c’est une héroïne de douze ans, élevée dans une école de filles très stricte, arrivée à l’âge de voiler son visage dans la rue, mais qui va néanmoins tout mettre en oeuvre pour faire du vélo comme les garçons de son âge. Fable puissante, condensé d’émotions sans jugement hâtif, Wadjda est également filmé avec une maîtrise et une dextérité époustouflantes.

David (IND, 2h08) réalisé par Bejoy Nambiar, avec Vikram, Neil Nitin Mukesh et Vinay Virmani.

L’un, jeune guitariste insouciant, se retrouve malgré lui impliqué dans une conspiration politique ;  l’autre, pêcheur amoureux de la fiancée de son meilleur ami. Les deux s’appellent David, et, bien que tout les oppose, leur vie seront désormais liée à jamais.

Tu honoreras ta mère et ta mère (FRA, 1h32) réalisé par Brigitte Roüan, avec Nicole Garcia, Eric Caravaca, Patrick Mille

Ou pourquoi forcer le destin n’est jamais bon : une comédie familiale qui présente une mère de famille, qui, à force de vouloir passer outre les mauvais  hasards de la vie, se met ses fils à dos et la plupart des habitants du village grec dans lequel elle venait passer des vacances.

Hiver nomade (SUIS, 1h25) réalisé par Manuel von Stürler, avec Pascal Equisier, Carole Noblanc et Jean-Paul Pequiron

Pour son premier film, le réalisateur suisse met en scène Carole et Pascale, deux bergers qui partent pendant l’hiver avec trois ânes, quatre chiens et huit cents moutons. Une odyssée hivernale quotidienne qui suit des personnages décalés.

La fille de nulle part (FRA, 1h31) réalisé par Jean-Claude Brisseau avec Virginie Legeay, Jean-Claude Brisseau et Claude Morel

Michel, professeur de mathématique qui vit seul depuis la mort de sa femme, recueille une jeune femme qu’il trouve un soir sur le pas de sa porte. Si la présence de Dora amène un peu de fraîcheur chez Michel, très vite, d’étranges phénomènes se manifestent. A noter que le film a reçu le Léopard d’Or au dernier festival de Locarno.

 

Visuels : affiche des films

Image à la Une : capture d’écran de tumblr.com

 

 

 

 

Lanvin : Alber Elbaz skype avec humour et accent français pour la campagne printemps/été 2013
Ma feuille ! de Claude K.Dubois & Pélagie
Lucie Droga

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *