Cinema
Le best of cinéma et series 2021

Le best of cinéma et series 2021

15 décembre 2021 | PAR La Rédaction

Oui, cette année, fermeture des cinémas jusqu’au 19 mai 2021 obligé, nous avons, oh sacrilège, fusionné le petit et le grand écran ! Bref, voici les films et séries préférés de la rédac’

Orane Auriau

Deux séries marquantes au tableau de cette année : Le Serpent, une mini-série de Richard Warlow et Toby Finlay avec Tahar Rahim et Jenna Coleman. Ensuite la seconde, It’s a sin, écrite par Russell T. Davis. 

Définitivement ma série coup de coeur, « The Serpent » narre l’histoire de Charles Sobrahj, un tueur un série actif durant les années 1970 en Asie du sud, apothéose de la période hippie où nombre d’occidentaux y voyageaient en quête de spiritualité et de découvertes. Le protagoniste est brillamment campé par Tahar Rahim, aux côtés de son acolyte Jenna Coleman, interprétant sa complice (Marie-Andrée Leclerc) : un jeu d’acteurs dingue, au point où nous craignons le tueur derrière notre écran, qui porte bien son surnom. Une traque est lancée, celle du diplomate néerlandais Herman Knippenberg, décidé à résoudre le mystère de jeunes voyageurs disparus et assassinés. C’est aussi une plongée dans cet univers des 70’s coloré, fêtard et joyeux, rêvé et exotique, à travers les décors et la bande-son. Faisant le portrait d’une jeunesse à la soif de découverte, de bonheur. Une autre série marquante : « It’s a sin », qui revient sur les années SIDA au cours des années 1980, avec Omari Douglas, Lydia West, Nathaniel Curtis (II) et Callum Scott Howells. Une épopée déchirante suivant le destin d’une jeunesse londonienne, insouciante avant d’être confrontée aux ravages de cette pandémie. Une série bouleversante mais bien nécessaire et très réussie, qui alerte sur les dangers de la stigmatisation envers une communauté – ici homosexuelle.

Geoffrey Nabavian

Il y a des années comme ça. Où malgré la masse de projections faites, une seule vous bouscule à fond, en vous mettant face à un film dans lequel maestria, originalité et pertinence forment au final une superbe cohérence. Une seule m’aura véritablement fait cet effet en l’année 2021 : celle de GagarinePortrait d’une cité française ancienne de nos jours, aux bâtiments sur le point d’être détruits, ce film invite au rêve et à la réflexion sociale, de façon très originale. Il mélange à l’écran les deux, en usant d’effets esthétiques mais toujours justes, jamais gratuits. Le parcours de son héros, Youri (excellent Alséni Bathily) qui ne veut pas quitter ses immeubles, et finit par prendre une direction belle mais sans retour, passionne et atteint au romanesque, sans jamais étouffer non plus les destins des autres figures présentes dans le scénario. Pour Gagarine, le duo de réalisateurs Fanny Liatard et Jérémy Trouilh se sont vus distingués par le Label attribué par le Festival de Cannes en 2020, pour pallier à l’absence de projections en présentiel cette année-là. La promesse de grands films à venir, on espère. On remercie notamment Haut et Court d’avoir sorti ce film précieux dans les salles françaises.

Clémence

Mon grand coup de cœur, cette année, est incontestablement le film de Pablo Agüero : Les Sorcières d’Akelarre. Sur fond d’Inquisition espagnole au XVIIe siècle, ce huis-clos conte la sororité comme on la voit peu, avec justesse, sensibilité, humour parfois. Un film magnifique et si pertinent, à voir absolument ! Aussi impossible pour moi de ne pas parler de Dune, l’adaptation de Denis Villeneuve de l’un des plus grands chef d’œuvres littéraires de science-fiction. Pour l’anecdote, je l’ai vu trois fois au cinéma (oui oui, trois fois). Tout m’a convaincue : les images époustouflantes, la musique résolument extra-terrestre d’Hans Zimmer mais aussi les messages écologiques, politiques et religieux inhérents à l’histoire. Cette année marque également la découverte du cinéma de Wong Kar Waï pour moi. Et quelle découverte ! Je retiens particulièrement Chungking Express, une folie visuelle pleine de poésie. Enfin, côté documentaire, 14 Peaks : Nothing Is Impossible aura boosté ma fin d’année. Sortie fin novembre sur Netflix, l’histoire de l’incroyable challenge que l’alpiniste népalais Nirmal Purja s’est donné en 2019 donne la motivation de tout accomplir : parfait pour contrer la déprime hivernale !

Yaël Hirsch 

Quel bonheur de retourner à Cannes cette année et pourtant si La fracture et les Cahiers noirs de Shlomi Elkabetz m’ont marquée, c’est probablement hors Cannes que j’ai vu les films qui m’ont le plus surprise : Côté Venise, L’évènement d’Audrey Diwan est une puissante adaptation d’une de mes romancières préférées. Avec Alex Lutz, Cinquième set de Quentin Reynaud m’a enthousiasmée. Enfin, courez voir le film de Radu Jude, Ours d’or à la Berlinale, Bad Luck Banging or Loony porn, en salles depuis le 15 décembre. Côté séries, j’en ai vu comme pas mal d’entre nous cette année plus que jamais avec un petit faible pour deux séries israéliennes : Hamishim, de Yael Hedaya, avec Ilanit Ben Yaakov qui suit une veuve de 49 ans sur arte. Et la saison 3 des Shtisel m’a envoûtée. Du côté britannique de la force, j’ai dévoré toutes les saisons de Sex education

Amélie Blaustein Niddam

Côté cinéma, je n’ai rien vu ou presque, trop occupée à retrouver les salles de spectacle, mais j’ai avalé bon nombre de séries entre octobre et mai évidement et même un peu après ! Je retiens comme Yaël la troisième saison de Shitsel, soap opéra dans le milieu ultra-orthodoxe à Jérusalem où on ne rêve que d’une chose : qu’Avraham embrasse Aliza ! Dans un autre genre, beaucoup moins mélo. La série express Maid,  créée par la scénariste Molly Smith Metzler avec dans le rôle titre Margaret Qualley fille à la ville et à la scène d’ Andie MacDowell montre avec efficacité que la violence ne se mesure pas en coups mais souvent en mots. Nous ne pouvons pas abandonner cette mère célibataire qui se bat comme une lionne pour éloigner sa fille des griffes de son père.

Visuel : Affiche Gargarine

Le best of livres 2021
L’enthousiasmant retour de Vianney à Bercy
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture