Cinema

Laura Smet

07 janvier 2010 | PAR Coline Crance

Laura Smet est la fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye. Elle a fait ses débuts au cinéma sous la caméra de Xavier Giannoli pour son premier film Les corps impatients. Film dur et sensible sur les derniers jours d’une cancéreuse, il offre un rôle de choix à cette jeune actrice dont la prestation est saluée par le prix Romy Schneider et une nomination aux césars du meilleur espoir féminin en 2004. Issue d’un univers très médiatisé, Laura Smet pourtant n’hésite pas à prendre des risques (en 2007 , elle fait le doublage de Cendrillon dans un dessin animé de Paul. J Bolger, Cendrillon et le prince ( pas trop) charmant ).

laura_smet_reference

Son jeu à la fois sensible et vibrant, sa beauté peu commune d’un exotisme indéfinissable fascinent et attirent un certain nombre de grands réalisateurs comme Chabrol ou Philippe Garrel. Pour Chabrol, elle incarne dans La demoiselle d’honneur le personnage de Senta, sorte de muse ou de songe à la beauté fatale qui entraîne Benoit Magimel, son partenaire dans le film, dans les méandres du mensonge et d’un univers fantasque.

Ce côté un peu fantasque d’une beauté évanescente, insaisissable attire un autre grand cinéaste Philippe Garrel. Il lui propose le premier rôle de son film, La frontière de l’aube, où elle incarne une star hollywoodienne un peu paumée dont les souffrances et les délires s’apaisent ou se confrontent par un amour passionnel avec un jeune photographe , incarné par Louis Garrel. Film contemplatif, poétique, il nous donne à voir des personnages hors du temps, tels des fantômes qui se révéleraient au monde sous l’œil de la caméra de Philippe Garrel. D’une rare lucidité, portée par une vraie rage mais aussi une profonde naïveté du monde, ce film offre peut-être un vrai premier rôle de composition à Laura Smet par ce personnage de cette actrice abusée et décalée, incapable de revenir à la réalité mais pourtant douée d’une réelle force de vie. Rôle qui peut-être définit bien la personnalité et la manière dont cette comédienne oriente sa carrière d’actrice, faisant d’elle l’une des actrices de sa génération la plus appréciée dans le cinéma d’auteur français.

L’onirisme sombre et cruel du Théâtre du monde
Amos Gitaï met les mots en scène dans la Guerre des fils de lumières contre les fils des ténèbres à l’Odeon
Coline Crance

One thought on “Laura Smet”

Commentaire(s)

  • mie

    Bientot morte ?
    Il va falloir penser à actualiser…

    janvier 10, 2010 at 17 h 06 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *