DVDs

[Critique DVD] « 3 cœurs », vices et secrets au sein d’un triangle amoureux familial

[Critique DVD] « 3 cœurs », vices et secrets au sein d’un triangle amoureux familial

02 février 2015 | PAR Hugo Saadi

Benoît Jacquot, réalisateur de l’intriguant Les Adieux à la reine, nous plonge avec 3 Cœurs dans un triangle amoureux où les angles ne sont pas forcément bien polis. Trop éclatée et étirée, la narration perd de sa superbe en cours de métrage pour aboutir sur un drame à la romance galvaudée.

 [rating=3]

Bien amenée, la romance naissante entre Marc (Benoît Poelvoorde) et Sylvie (Charlotte Gainsbourg) ou plutôt entre un homme et une femme qui ignorent tout de l’autre, installe un voile mystérieux que l’on souhaite voir s’estomper doucement. Mais après un début séduisant, Benoit Jacquot expédie sur le bas côté le premier duo en l’espace de quelques plans. Après un premier rendez-vous raté entre les personnages de Gainsbourg et Poelvoorde, ce dernier tente de la retrouver dans la petite ville de province où la flamme s’était allumée. C’est alors qu’il fait la rencontre de Sophie (Chiara Mastroianni), la sœur de Sylvie … 3 cœurs prend une autre tournure une fois que le triangle est complet et s’ensuit une partie de cache-cache pour éviter que la vérité éclate.

« Dites-vous bonjour, on dirait deux fantômes »

 Le réalisateur français décide de tout miser sur les non-dits et le parallélisme qui saute aux yeux entre les deux sœurs. Il dépeint avec 3 cœurs la passion d’un jeune couple prêt à partir de zéro pour trouver le bonheur, tout en laissant soigneusement dans sa bobine, une bombe à retardement en la personne de Charlotte Gainsbourg. Le rythme devenu plus lancinant, le film ronronne dans son coin et intéresse le spectateur avec parcimonie, jusqu’à la rencontre tant attendue entre les premiers amants qui se fera au moment du mariage. Ayant que peu de cartouche dramatique pour son film, Jacquot mise tout sur la tension musicale (orgue et violon à la pelle) et rajoute à sa romance des allures de thriller : regards fuyants, rencontre en pleine nuit, discussions secrètes par sms. Le film reprend alors de la vitalité par l’intermédiaire de la performance de Benoît Poelvoorde qui maîtrise aussi bien le ton dramatique que comique. Le spectateur ayant toujours un œil sur la situation au global sent les choses arriver et prend le tempo de la situation qui se fragilise. Mais c’est à ce moment-là, que Benoît Jacquot décide d’accélérer les choses par le biais d’ellipses temporelles (un puis deux enfants sont nés) qui prennent le film en grippe. La proximité que l’on pouvait avoir avec les trois personnages principaux disparaît pour livrer une succession de scènes de famille où demeure en toile de fond ce mensonge qui pèse dans les mémoires.

 Difficile tout de même d’adhérer complètement au film, son final délivrant un message ambigu sur le destin de la vie, les rencontres et les choix. Bien qu’il ne soit pas dénué de défauts, 3 cœurs permet de s’immerger au sein d’une famille où les mensonges et les actes affectent tout le monde. Il ne faudra pas oublier de mentionner le beau rôle de mère tenue par Catherine Deneuve qui est parfaite, tandis que Charlotte Gainsbourg est fidèle à elle-même, le sourire en coin mais le poids du monde sur les épaules ..

 En ce qui concerne les bonus, la rencontre avec le réalisateur ne viendra pas lever les réserves que l’on peut avoir sur le long métrage, mais celle-ci brassera large sur les méthodes de direction et les choix du casting, intéressant donc.

https://www.youtube.com/watch?v=lqLOLgs8ttw

3 cœurs, un film de Benoît Jacquot, avec Benoît Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni, drame français. Sortie en DVD le 28 janvier 2015.

 

Visuels © Wild Bunch Distribution

[La recette de Claude] Oeufs Florentine
L’industrie de la mode opère sa propre désacralisation
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *