Cinema

[Critique] du film Carbone d’Olivier Marchal

[Critique] du film Carbone d’Olivier Marchal

08 novembre 2017 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Après Les Lyonnais en 2011, Olivier Marchal revient avec un nouveau thriller policier « Carbone ». Ce film met à l’affiche Benoît Magimel dans un rôle magistral et est basé sur une histoire vraie.

Résumé: Antoine Roca (Benoît Magimel) est dirigeant d’une entreprise fondée par son père il y a une trentaine d’années. Il rencontre des problèmes d’emprunts. Aron Goldstein (Gérard Depardieu) le père de sa femme Dana (Carole Brana) le considère comme un incapable. Un soir en rentrant chez lui, Antoine retrouve sa femme et étant du même avis que son père, elle traite Antoine comme un minable. Ils se disputent et celle-ci lui demande de quitter l’appartement. Le personnage d’Antoine est accompagné d’une bande d’amis composé de lui-même, Laurent Melki (Michael Youn), Simon Wizman (Gringe) et son frère Eric (Idir Chender) qui s’éclate en soirée Poker et se familiarise avec l’univers de la nuit. Ces hommes s’avèrent être de véritables flambeurs mais tous n’ont pas conscience qu’il vont connaître des ennuis sans précédents. A l’occasion d’une soirée Poker avec des amis, il rencontre une jeune femme Noa (Laura Smet) pour laquelle il tombe amoureux.

La première scène du film à laquelle le personnage d’Antoine se fait tirer dessus et meurt sur le coup nous oblige à voir et à savoir ce qui se passe tout au long du film. En effet, il n’est pas possible de comprendre cet acte criminel sans imaginer de quoi il sera question dans ce film. Néanmoins on imagine qu’il sera question de magouilles et d’argent. Lorsque cette même scène apparaît à la fin du film, l’angle n’est pas le même qu’au début du film. Carbone nous plonge dans l’univers à la fois de l’escroquerie, de l’argent sale, du règlement de compte, du braquage et du chantage. L’histoire d’amour entre Antoine et Noa et la relation entre Antoine et son fils apportent une petite pointe de douceur au milieu des scènes violentes et tragiques du film.

C’est sans doute l’un des rôles les plus tragiques de Benoît Magimel au cinéma. Malgré la dépression et la fatigue, celui-ci incarne un personnage haut en couleur. Même si Olivier Marchal n’a pas voulu se servir des ennuis judiciaires de Benoît Magimel pour lui proposer de jouer Antoine, on peut considérer que ce dernier a retrouvé un peu de lui-même dans ce personnage. Carbone se veut être une suite à la trilogie de films policiers d’Olivier Marchal avec 36 quai des Orfèvres, MR 73, Gangsters ou encore Les Lyonnais. Ce film n’apporte rien de nouveau au style cinématographique d’Olivier Marchal. Pour ce film, Olivier Marchal a pu compter sur le talent hors norme d’Idir Chender pour lequel il s’agissait de son premier grand rôle cinématographique. Ce dernier a été propulsé dans un rôle auquel il ne s’attendait pas.

Visuel: AlloCiné

Cathialine dévoile en avant-première un live à fleur de peau planant et envoûtant
L’Agenda cinéma de la semaine du 8 novembre
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *