Cinema
[Cannes 2021, Compétition] Red Rocket de Sean Baker un film pop qui fait pchitt…

[Cannes 2021, Compétition] Red Rocket de Sean Baker un film pop qui fait pchitt…

15 juillet 2021 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur du Florida Project et de Tangerine était très attendu en compétition officielle de ce 74e Festival de Cannes. Commençant dans la sympathie et la rigueur d’espaces texans immenses, Red Rocket s’essouffle vite, par manque de fond. 

Retour de l’enfant du pays

Miker Saber revient bugné et sans rien à Texas City, la ville où il a grandi. Il s’impose chez sa femme dont il est séparé depuis longtemps et sa belle-mère et se met en quête d’un petit boulot. C’est là que nous comprenons qu’il y a un hic. Vingt ans de carrière dans le porno à Hollywood avec sa femme, qui a plongé dans la drogue et est rentrée chez maman avant lui, cela fait un gros trou dans le CV ! Narcissique, égoïste et pénible, le looser profite du lit de sa femme, de la voiture de son voisin, deale de la drogue auprès d’ouvriers et saute une étudiante au nom assorti à ses cheveux « Strawberry »…

Cadre pop maîtrisé et coquille vide

La lumière est belle, les plans rigoureux, la musique qui nous plonge dans la nostalgie sucrée du pire de la pop des années 1990 (« Bye, bye » des NSYNC) est bien choisie, ainsi que l’acteur porno Simon Rex, endossant assez gracieusement un rôle de personnage très antipathique… Mais le problème est qu’une fois tout ce dispositif mis en place, le film n’a rien à dire, il nous montre juste comment le coucou abuse des autres oiseaux. Ça irait pour faire le nouveau clip des NSYNC, c’est un peu court pour faire un film. Où est passée la rage de Sean Baker ? Nous espérons qu’il la retrouvera vite… 

Red Rocket, de Sean Baker, avec Simon Rex, Bree Elrod, USA, 2021,  128 min, en compétition. 

Visuel : photo du film © Le Pacte

Innocence au Festival d’Aix-en-Provence : un extraordinaire voyage au bout de l’enfer
[Cannes 2021, Interview] Kornél Mundruczó et Kata Wéber : « Nous voulons explorer ce qu’il y a de plus personnel dans un trauma »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture