Cinema

Brussels Film Festival, jour 4 : l’Italie sous la pluie

Brussels Film Festival, jour 4 : l’Italie sous la pluie

23 juin 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

 

En ce quatrième jour de festival, toutelaculture.com a enfin découvert toutes les ressources de Flagey : des projections de presse ont lieu en journée, où nous avons pu voir le très beau film de Diane Kurys « Pour une femme » (projection publique dimanche 23 juin à 21h30). Le programme de la soirée était 100 % italien, mais a été grevé par une panne technique sur le film « The best offer » de Giuseppe Tornatore.

pour une femme affiche kurysAlors que l’automne est revenu sur Bruxelles (ciel bas et lourd et drash ininterrompu, comme on dit localement), notre journée a été illuminée par le très beau film historique et d’inspiration autobiographique de Diane Kurys : « Pour une femme« . Dès le premier quart d’heure le couple de juifs rescapés se refaisant une vie à Lyon et interprété par Benoît Magimel et Mélanie Thierry nous a émus. C’est franchement en larmes que la petite foule de la salle a quitté les lieux, de belles larmes d’empathie pour un film qui s’apparente beaucoup à un Claude Lelouch – en version parfaitement maîtrisée. De la musique aux costumes, en passant par les dialogues et les jeux des acteurs du fabuleux casting « Pour une Femme » est un prototype de mélodrame 100% réussi.

C’est assez émus que nous comptions donc poursuivre la journée par un film au casting non moins fameux (Donald Sutherland, Jim Sturgess, Geoffrey Rush) : « The best offer » de Giuseppe Tornatore. Malgré un match où l’Italie était partie prenante, la foule s’est tellement amassée devant le studio 1 de Flagey, que lorsque les portes se sont ouvertes – avec la demi-heure de retard désormais attendue du festival- il manquait des chaises. Pas râleurs pour un sou, les cinéphiles debout sont allés chercher des chaises supplémentaires, dans la joie et la bonne humeur. Jusqu’à ce qu’on nous annonce qu’un problème technique empêchait la diffusion de la copie du film. Le festival a invité l’assemblée à se faire rembourser ou à rejoindre la projection de « Miele » de Valeria Golino dans la grande salle, et d’aller au pot italien prévu après. Ayant vu le film en section « Un certain regard » à Cannes, nous sommes tranquillement rentrés écrire, espérant tout de même voir un autre film aujourd’hui.

Mission accomplie, avec la projection tardive de « Ali Blue eyes », un premier film augurant d’un avenir très prometteur pour le jeune réalisateur italien, Claudio Giovannesi. Posant courageusement  la question du métissage en Italie, à travers une semaine de la vie de Nader, 16 ans, d’origine Egyptienne et refusant de retourner chez lui, dans la banlieue de Rome tant que ses parents n’auront pas accepté son amour pour une jeune italienne « de souche » de son âge. Avec un casting d’acteur non-professionnels tous d’une beauté lumineuse et à travers des plans d’une élégance manifeste (notamment le dernier, fixe, où la famille est réunie autour de la table pour dîner sans regarder l’écran qui diffuse des images de la place Tahrir en effervescence), et ne tombant jamais dans le cliché, Claudio Giovannesi parvient à livrer le portrait compliqué d’un adolescent qui porte des lentilles de contact bleues, mange des hot-dogs, et est prêt à dormir dans la rue pour faire accepter son amoureuse, mais ne supporte pas que son meilleur ami regarde sa sœur. Une œuvre qui touche juste présentée avec modestie et un charme tout italien par le réalisateur.

Demain, c’est le dernier jour du Brussels film festival pour Toute La Culture, qui espère bien un peu profiter de la soirée grecque qui est prévue, notamment avec une adaptation actuelle de « la faim » de Knut Hamsun dans un Athènes dévasté par la crise, avant de passer les portes du Thalys du retour.

Saint-Maur en poche annonce la liste de ses gagnants
Thomas Clay décrit les lois du sarkozysme chez Odile Jacob
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *