Cinema
Bilan box-office 2010 : les tops, les flops et les surprises !

Bilan box-office 2010 : les tops, les flops et les surprises !

06 janvier 2011 | PAR Gilles Herail

En ce 31 décembre, voici venu le temps des rires… et des bilans. Toutelaculture vous propose une analyse des succès et des échecs au box-office français en 2010. N’en déplaisent aux catastrophistes du téléchargement, la fréquentation a atteint un niveau historique, sans la présence d’une locomotive chtie.  Les français sont-ils des moutons plébiscitant les grosses machines promotionnelles ? La réponse… en chiffres.

Avec une once de cynisme, on peut dégager la règle de 3 d’un succès (financier) au box-office : gros budgets/ stars/ suites. 2010 n’a pas rompu à la tradition avec entre autres Shrek 4, Toy Story 3, Harry Potter 7, Camping 2, Twilight 3, Arthur 3, Narnia 3 et Iron Man 2 qui trustent les places du top 20. Si l’on comptabilise aussi les adaptations d’œuvres célèbres (Alice aux Pays des merveilles, Prince of Persia, Sherlock Holmes, Robin des Bois), on se prend à désespérer de la curiosité des spectateurs français.


Cocorico malgré tout, les français se distinguent par leur fidélité à certains réalisateurs talentueux, notamment étrangers, qui réalisent des scores plus importants que dans leurs pays d’origine.  Shutter Island, le thriller paranoïaque de Scorsese a dépassé 3 millions d’entrées. Même chiffre exceptionnel pour Invictus de Clint Eastwood qui réalise un score égal à sa carrière américaine (rappel : la France compte 5 fois moins d’habitants que les USA !). David Fincher a su convaincre 1,5 millions de cinéphiles que son film sur Facebook n’était pas qu’un coup marketing. Polanski a retrouvé un très large succès pour son polar The ghost Writer. Côté français, le triomphe d’Ozon (Potiche), Besson (Adèle et Arthur 3), Becker (La tête en friche) Blier (Le bruit des glaçons) ou Nicole Garcia (un balcon sur la mer) montrent que les grands noms conservent leur pouvoir d’attraction.

Au milieu de l’amas de suites, transpositions et autres remakes, on trouve quelques surprises, des petits films soutenus par la critique mais aussi des blockbusters originaux (si si ça existe !). Impossible de passer sous silence l’incroyable phénomène d Inception qui a réalisé 5 millions d’entrées. Chapeau bas pour Christopher Nolan qui a su ringardiser les autres blockbusters en écrivant un scénario original. Chez les français, les 3,5 millions d’entrées de l’ Arnacoeur et surtout les 3 millions des Hommes et des dieux montrent dans deux genres différents que la qualité et la reconnaissance de la critique peuvent créer un enthousiasme inattendu. Le succès anticipé des Petits mouchoirs a dépassé toutes les espérances en réalisant un score pharamineux (vraiment mérité ?) de 5 million de spectateurs.

Parmi les surprises, ces sleepers que l’on n’attendait pas, on aime particulièrement Tout ce qui brille, coup de cœur printanier d’1,5 million de curieux venus découvrir un premier film porté par un deux nouvelles venues : Géraldine Nakache et Leila Bekhti. Avec des castings solides mais des sujets difficiles, les  politiques invités de mon père d’Anne le Ny, le poétique Mammuth de Gustave Kervern et les timides émotifs anonymes d’Améris ont rappelé qu’une comédie pouvait être différente, originale, osée et personnelle. Parmi les scores plus modestes (mais aux budgets plus faibles) autour de 500 000 entrées, on remarquera la belle performance de Tournée de Mathieu Amalric, du film argentin oscarisé Dans ses yeux ou de Tamara Drew. Dans une autre catégorie, on saluera les 2 ,3 million d’entrées des Dragons de Dreamworks, bien éloigné des scores faramineux de la série des Shrek mais qui marque le succès d’un dessin animé plus adulte, plus dramatique, assumant un humour tendre à mille lieu des gags parodiques vus et revus.

Avec entre 8 et 15 films qui sortent chaque semaine, tout le monde ne peut tirer son épingle du jeu. Après les rires et les joies des vainqueurs, voici le triste désarroi des perdants. Tous les succès cachent des bides plus ou moins cinglants (et plus ou moins mérités). L’hécatombe chez les gros budgets français n’a pas épargné Hors la Loi sorti dans l’indifférence la plus totale et qui réalise moins d’un sixième des entrées d’Indigènes. Le biopic sur Gainsbourg n’a pas comblé ses producteurs qui espéraient un succès à La môme et non un petit million d’entrées bien faible au regard de son budget. Premiers échecs pour Catherine Frot et Isabelle Mergault donc les très couteux Imogène (17 millions d’euros) et Donnant donnant (12 millions) ont été boudé de manière surprenante au vu de leur popularité. Parmis les gouffres financiers, From Paris with Love, L’illusioniste et AO le dernier Neandertal ont gagné la palme du plus mauvais investissement pour leurs producteurs. On ne comprend toujours pas pourquoi le magnifique Ces amours là de Claude Lelouche n’a même pas attiré 300 000 spectateurs.

Le box-office a ses règles que nul ne peut interpréter. On pourra malgré tout remarquer avec une certaine tristesse que les films de genre français ont tous été plus ou moins des bides marqués (la horde, le village des ombres, la meute, djins…) et que les « petits films » ont toujours du mal à se faire une place dans les classements annuels. S’il fallait désigner le champion de cette année, Léonardo Di Caprio gagnerait sans conteste. 8 millions d’entrées pour deux films de genre innovants et très noirs, on tient surement là notre nouveau Tom Cruise. Espérons que « champion » ne cède pas à cette satanée mode des suites à répétition qui vont encore nous assommer en 2011. On annonce déjà les sorties de Largo winch 2, Scream 4, Very bad Trip 2, Johnny English 2, Harry Potter 7/2, Cars2, Twilight 4 Happy Feet 2 et Alvin et les Chipmunks 3 (entre autres…). Toutelaculture lance un défi à ses lecteurs? Boycottons les suites et privilégions les œuvres originales. On croise les doigts…

Gilles Hérail

Play it yoursefl au Centre Georges Pompidou
DJ RORK & LADYBIRD au Cab le vendredi 7 janvier 2011
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture