A l'affiche

Sorties cinéma de la semaine du 11 décembre 2019

Sorties cinéma de la semaine du 11 décembre 2019

11 décembre 2019 | PAR Caroline Arnaud

Les grèves sont toujours là et nous gardent bien au chaud chez nous, ou bien nous font utiliser nos petites jambes pour se rendre aux lieux que vous désirez, pas loin de chez vous se trouve justement le lieu parfait où pas besoin d’une énergie folle pour vous motiver… Les sorties cinéma de la semaine vont vous faire craquer!

Une vie cachée de Terence Malick
Une mémoire de la seconde guerre mondiale mais aussi une histoire d’amour. Le héros de notre film ne veut pas rejoindre les troupes militaires d’Hitler il devrait être condamné à mort mais, notre héros reste avec sa femme, l’amour le faisant croire qu’il pourra continuer de vivre. 

 

Lola vers la mer de Laurent Micheli 
Nous l’avions découvert pour le festival « Chéries-Chéris » nous sommes heureux de vous inviter à le découvrir à sa sortie en salle. Une histoire tragique d’une mère décédée mais dont la mort réunira à nouveau un père et sa fille. Après deux ans, ils se retrouvent et tentent de comprendre les changements qui ont opéré dans la vie de chacun, la fille qui souhaite se faire opérer et changer de sexe avait l’appui de sa mère avant de mourir. Aura -elle le même support du coté de son père? 

 

Lillian d’Andreas Horvath 
Lillian s’apprête à partir pour un long voyage des Etats-Unis à sa Russie natale. Un voyage qu’elle entreprend seule et à pieds dans les paysages variés de l’Amérique du Nord jusqu’au Canada et le détroit de Béring, des images qui nous touchent, qui font vivre notre héroïne dans l’espoir de pouvoir partir ou de rester…  

 

Le choix d’Ali de Amor Akkar 
Tout se passait bien dans la vie d’Ali, heureux et amoureux avec son compagnon Eric à Paris jusqu’au jour de la mort de sa mère qui le pousse à revenir chez lui à Besançon. Il va affronter sa famille qui l’avait repoussé pour son homo sexualité alors qu’il s’était reconstruit comme il le voulait. 

 

Une vie invisible d’Euridice Gusmao de Karim Aïnouz 
Découvert au Festival de Cannes 2019, aujourd’hui au cinéma! Un voyage au soleil à Rio de Janeiro en 1950. L’histoire de deux sœurs séparées par des circonstances particulières tentant chacune de réaliser leurs rêves, mais pourront-elles réussir comme elles le veulent tout en étant éloignées l’une de l’autre. 

 

Du 11 au 15 décembre festival du cinéma iranien de Vitré 

La Bretagne à l’heure iranienne

La ville de Vitré accueille pour sa première édition le festival Nouvelles Images d’Iran du 11 au 15 décembre 2019. Un moyen de faire connaître le cinéma iranien au public français et d’utiliser l’art pour déconstruire des idées trop établies sur un pays passionnant.

“Nous voulons être une vitrine du cinéma iranien pour les distributeurs français”

C’est un projet complexe et ambitieux qui est sur le point de se concrétiser cette semaine à Vitré. Depuis plus de deux ans les équipes des Nouvelles Images d’Iran travaillent dur et bénévolement pour faire exister le festival. Aidés financièrement par la région, l’évènement existe aussi grâce aux habitants de cette commune dévouée. En effet, cinéastes, conférenciers, auteurs, musiciens et journalistes vont tous êtres logés chez les Vitréens. Une idée originale qui permet de favoriser les rencontres et le partage culturel prônés par Laurent Garreau, le directeur artistique du festival. “Ce festival est important car il permet de montrer le rôle pacificateur de l’art par rapport aux relations diplomatiques”. Dans un contexte international compliqué ce rendez-vous artistique est pour lui un moyen de détendre les relations entre la France et l’Iran à travers l’échange des cultures. Ici cela se fait autour du cinéma. “Les films que l’on va présenter cette semaine déconstruisent la vision clichée que l’on peut avoir de l’Iran. Il n’y pas que ce dont on parle dans les médias. Il faut donner à voir la population, sa culture, une civilisation qui est l’une des plus anciennes du monde”. 

 

Côté salle, six films seront en compétition : YEVA d’Anahid Abad, MOTHERING de Roqiye Tavakkoli, VILLA DWELLERS de Munir Gheydi, A HOUSE ON 41st Street d’Hamid Reza Ghorbani, APPENDIX d’Hossein Namazi, LEAF OF LIFE d’Ebrahim Mokhtari. Cette sélection paritaire donne à voir l’avant-garde du cinéma iranien. Au fil des projections s’esquisse le croquis d’une société complexe, intrigante et fascinante. Les films abordent la situation politique et sociale de l’Iran expliquant comment les Iraniens vivent entre traditions et modernités. Outre le fait de donner au public des clefs de compréhension sur un pays en plein mouvement, le festival est surtout un moyen de populariser le cinéma iranien. “L’idée c’est de pouvoir pérenniser le festival et lui donner un peu de perspective afin de créer un lieu ou le cinéma iranien est à l’honneur. Nous voulons être une vitrine du cinéma iranien pour les distributeurs français car c’est un cinéma pas assez visible” rappelle Laurent Garreau. Preuve supplémentaire de cette volonté d’éveiller la curiosité du public envers le septième art perse, ce sont les festivaliers qui seront chargés de récompenser le meilleur film. Autour de cette sélection officielle, des documentaires détaillant les aspirations d’une jeunesse rêveuse ainsi que des films d’animations vont aussi êtres présentés. Audacieux et pertinent le festival Nouvelles Image d’Iran est un rendez-vous artistique incontournable du mois de décembre. 

Pour plus d’informations sur le Festival « Nouvelles images d’Iran » ici 

Visuel: Affiche film Lillian d’Andreas Horvath 

La fleur colonise la MÉCA
Le temps presse : « le langage est une pâte, une matière souple qu’il tort, dilate et découpe. »
Caroline Arnaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *