Cinema

Cannes 2019, Un certain regard : « La Vie invisible d’Euridice Gusmao », saga trop encombrée d’effets

Cannes 2019, Un certain regard : « La Vie invisible d’Euridice Gusmao », saga trop encombrée d’effets

28 mai 2019 | PAR Geoffrey Nabavian

Ce film dramatique signé Karim Aïnouz (Madame Sata, Praia do futuro) conte l’odyssée de deux sœurs sur plusieurs années, avec une réalisation que l’on peut trouver lestée d’effets trop insistants.

La Vie invisible d’Euridice Gusmao commence au Brésil dans les années 50. La jeune et belle Guida s’enfuit de sa maison familiale définitivement, pour suivre son amoureux. Sa soeur Euridice, elle, demeure. Dans une société qui, au fil des décennies, va rester très patriarcale, ces deux sœurs au départ unies vont tracer leurs chemins loin l’une de l’autre, au fil d’un scénario animé par les célébrations et la tristesse, par les envie de liberté et la réalité.

Ce film signé par Karim Aïnouz (révélé à Cannes en 2002 avec Madame Sata, puis signataire du Ciel de Suely et de Praia do futuro), s’il apparaît doté d’un bon rythme, souffre toutefois de sa longueur excessive, et surtout d’effets qu’on peut trouver trop insistants et parfois peu adroits techniquement (les ralentis, surtout). Dans certaines séquences, ainsi, les émotions semblent soulignées à outrance, ainsi. On eût aimé que cette mise en scène nous laisse plus de place pour rêver.

Dommage pour les actrices, au premier rang desquels s’impose Carol Duarte, pleine de vie et de charisme rentré : on regrette de ne pas pouvoir la suivre au sein de cette aventure avec plus de liberté et d’espaces pour convoquer nos rêves et nos sentiments. Malgré le contexte et les événements évoqués, et malgré le souffle souterrain de l’intrigue, on reste le plus souvent à distance, devant ces plans trop travaillés, et ces effets parfois trop sûrs d’eux, un peu étouffants…

Geoffrey Nabavian

Retrouvez tous les films du Festival dans notre dossier Cannes 2019

*

Visuel : © ARP Selection

Playlist partenaire – Festival Latitudes Contemporaines 2019
Cannes 2019, Un certain regard : « La Fameuse Invasion des ours en Sicile », splendide film d’animation italien
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *