A l'affiche

LA SÉLECTION CINÉMA DU MERCREDI 23 OCTOBRE

LA SÉLECTION CINÉMA DU MERCREDI 23 OCTOBRE

24 octobre 2018 | PAR Quentin Lazeyras

Cannes à l’honneur pour les sorites cinéma de cette semaine.

Le Grand Bain, de Gilles Lellouche

Dans son troisième film, Gilles Lellouche amène sa troupe au bord d’un grand bassin. Avec une brochette de copains-stars (Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Marina Foïs, Philippe Katerine, Jean-Hugues Anglade, Benoît Poelvoorde, Leïla Bekhti). Gilles Lellouche réalise une comédie sociale touchante et amusante sur une bande de quadragénaires dépressifs qui ensemble montent une équipe de natation synchronisée pour tenter de remporter le championnat du monde.

Retrouvez notre critique du film ici.

Les Âmes mortes (Dead souls)  de Wang Bing

Dans son très long-métrage,le réalisateur revient sur l’histoire détaillée de la Chine des années 1950 et de ses camps de rééducation. Ce film documentaire de 8h15 et se divise en trois grandes parties. Wang Bing développe après près de 600 heures de rushes, les témoignages et les souvenirs des survivants de camps de rééducation à l’image de celui de Jiabiangou (Iaogai). Le film retrace également le développement de l’idéologie maoïste dans la société chinoise et retranscrit d’une façon sensible mais réelle les décès causés par le gouvernement de Mao Zedong dans les camps de rééducation au milieu du XXème siècle.

Retrouvez notre critique de Dead Souls ici.

Cold War (Zimna wojna) de Pawel Pawlikowski

Dans ce long métrage couronné du prix de la réalisation de Cannes, Pawel Pawlikowski raconte une histoire d’amour entre la Pologne et la Yougoslavie, ainsi que Paris et Berlin, au milieu des années 1950 et en pleine Guerre Froide. Wiktor et Zula sont artistes, lui un musicien épris de liberté et elle, jeune chanteuse passionnée. Ils vivent un amour impossible dans une époque qui les empêche de s’épanouir. Le réalisateur polonais a dédié ce film à ses parents, qui ont inspiré l’histoire de ce couple. Voir notre critique ici

Invasion de Shahram Mokri 

Présenté lors de la 68ème édition du Festival International de Film de Berlin, ce film Iranien a maqué les esprits pour une technique rarement autant maîtrisée. En un long plan séquence, le réalisateur nous transporte dans un thriller policier troublant et sombre au sein d’un stade mystérieux, où un meurtre a eu lieu. Tandis qu’une reconstitution est organisée par la police, le tueur et ses complices mettent en place un autre assassinat. 

 

Crédits: Image à la une: Affiche officielle du film Les Âmes mortes (Dead Souls)

 

Quasi Niente, le triste est beau chez Daria Deflorian et Antonio Tagliarini
Un concert en hommage à Johnny Hallyday fin 2019
Quentin Lazeyras

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *