A l'affiche

L’agenda cinéma de la semaine du 5 février 2020

L’agenda cinéma de la semaine du 5 février 2020

26 février 2020 | PAR Hortense Milléquant

Cette semaine au cinéma de l’émotion, de l’engagement et un peu de musique, puisqu’il paraît que cela adoucit les mœurs !

 

Dark Waters de Todd Haynes

Trois ans après Le Musée des merveilles, Todd Haynes revient au cinéma avec un biopic, genre qu’il a déjà expérimenté comme avec I’m Not There.

Le film, inspiré de faits réels, raconte l’histoire du scandale sanitaire lié aux agissements de l’entreprise DuPont et surtout le combat mené, dès les années 1970, par l’avocat Robert Bilott. À la base, spécialisé dans la défense des industries chimiques, ce dernier, change de camp lorsqu’il est contacté par un agriculteur lui assurant que ses vaches sont empoisonnées par l’usine du puissant groupe DuPont, premier employeur de la région. Robert Bilott révèle alors publiquement l’affaire : en Virginie, l’eau polluée empoisonne lentement les habitants de cet état. David part en guerre contre Goliath et se frotte au cynisme mercantile, quitte à risquer sa carrière et ruiner sa vie de famille.

Avec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins …

 

Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes de Rodolphe Marconi

Tout est dans le titre !
Le documentaire, car il s’agit de la réalité et non d’une fiction, montre le quotidien d’un jeune éleveur auvergnat aux prises avec les diktats de l’industrie laitière. Étranglé par les dettes, il accepte son sort avec résignation. Pour l’amour de son métier, il renonce aux vacances, aux weekends et à toute forme de salaire. Rodolphe Marconi rappelle que : « On voit régulièrement à la télévision ou dans les journaux que les agriculteurs laitiers vont mal, qu’ils sont les premiers concernés par le suicide. ».
Si le film témoigne de la détresse du monde agricole, il rend également un bel hommage au courage paysan. Sorti durant le Salon de l’Agriculture et en période pré-électorale, ce documentaire amène inéluctablement à réfléchir sur notre modèle agro-alimentaire.

 

Mine de rien de Mathias Mlekuz

Premier long-métrage pour Mathias Mlekuz, entre autres connu pour avoir campé le rôle de l’inspecteur Pierre Bourdeau dans la série Nicolas Le Floch.

Dans le nord de la France, des habitants décident de monter un parc d’attractions « artisanal » pour sauver une ancienne mine de charbon vouée à la destruction. En protégeant la mine et sa mémoire, ils vont retrouver force et dignité.

Prix du Public au Festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez, le tournage s’est déroulé sur le site d’une mine de charbon désaffectée. Né dans le Pas-de-Calais, le réalisateur est un enfant du pays qui rend ainsi hommage à sa région natale.

Vous pouvez participer à notre concours pour gagner votre place ici.

Avec Arnaud Ducret, Philippe Rebbot, Mélanie Bernier, Hélène Vincent, Rufus …

 

Lara Jenkins de Jan-Ole Gerster

Le réalisateur allemand Jan-Ole Gerster sort son nouveau film huit ans après Oh Boy pour lequel il obtient le prix Fassbinder en 2013.

Comme à son habitude, Lara commence sa journée par une cigarette et une tasse de thé. Pourtant, aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres, c’est son soixantième anniversaire et son fils, virtuose du piano, donne son premier concert en tant que compositeur. Lui ayant enseigné la musique, elle se considère comme déterminante dans son succès. Mais, injoignable depuis des semaines, Viktor n’a pas convié sa mère à l’évènement …

Vous pouvez lire notre critique ici.

Avec Corinna Harfouch, Tom Schilling, Volkmar Kleinert

 

Le Fils d’un Roi de Cheyenne Carron

Abordant des thèmes chers à la réalisatrice comme l’enracinement, l’héritage et la quête de soi, Cheyenne Carron signe ici un film né d’un constat : elle ne connaît la monarchie qu’à travers le portrait peu flatteur donné par les programmes scolaires.
Un jeune Français, Kevin, fils d’ouvriers retrouve ses racines et devient monarchiste en fréquentant un ami marocain, Elias. Les deux lycéens décident alors de préparer un exposé dans lequel ils entendent défendre la monarchie contre les idées de la Révolution française.
Cheyenne Carron explique avoir voulu peindre « le portrait d’adolescents à contre-courant de leur propre génération, chez qui sommeille un désir de beauté et de grandeur ».

Avec Arnaud Jouan, Aïmen Derriachi, Yann-Joël Collin

 

… Et si vous préférez la comédie :

Mes jours de gloire d’Antoine de Bary retraçant l’itinéraire d’un adolescent attardé incarné par Vincent Lacoste est actuellement salle.

Également au cinéma, il y a Lucky, le nouveau film du réalisateur de Dikkenek, Olivier Van Hoofstadt avec une joyeuse bande de pieds nickelés jouée par Michaël Youn, Alban Ivanov et Florence Foresti.

 

Visuel : © Affiche Le Fils d’un Roi de Cheyenne Carron

« A l’Ouest », Olivia Grandville, le Grand Nord, la lumière et la beauté au Théâtre de la Bastille
Une surprise de style, quand Raf Simons rejoint Prada
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *