Mode
Une surprise de style, quand Raf Simons rejoint Prada

Une surprise de style, quand Raf Simons rejoint Prada

26 février 2020 | PAR Zoé David Rigot

L’idée tournait dans le brouillard depuis 2018 déjà. Raf Simons et Miuccia Prada annonçaient, à la veille de la Fashion Week parisienne de 2020, le début d’une codirection artistique inédite dans le monde de la mode. 

Il a travaillé un temps chez Jil Sander, été le responsable de la haute couture chez Dior, il est nommé aux Globes de Cristal en tant que Meilleur Créateur de mode en 2012, directeur de la création chez Calvin Klein qu’il quitte en 2018, le designer et grand couturier belge est porté sur le minimalisme ultra-conceptuel. Il peut donc paraître étonnant qu’il joigne Miuccia Prada, qui se plait dans l’ornementation… Pour la philosophe de mode Marie Schiele, ce choix n’est pas anodin et montre un réel désir d’innovation dans le monde de la mode d’aujourd’hui. Elle dit en effet, comme le souligne les inrocks, que « faire le choix de Raf Simons, c’est rendre honneur à la créativité dans une ère où ce qui compte sont les business models. Pour une marque qui a su rester indépendante, Prada affirme une liberté encourageante et place la question d’une créativité réfléchie plutôt que superficielle au cœur de l’actualité. »

Comme disait la créatrice italienne de 70 ans Miuccia Prada lors de la conférence au cinquième jour de la Fashion Week milanaise, elle n’est pas prête à partir à la retraite. Tous deux sont amis depuis un bout de temps maintenant – la maison Jil Sander appartenant au groupe Prada jusqu’en 2006 – et ils ont pu partager autour du secteur de la mode d’aujourd’hui. Ils constatent que celui-ci « s’oriente toujours plus vers le business » et encourage « une industrie du luxe qui exclut de plus en plus la créativité » soulignait Simons dans le communiqué après la conférence. On connait la pression dans les maison de haute couture, et on se rappelle qu’en 2015, Raf Simons quittait la tête de la maison Dior, en évoquant le rythme effréné des collections et le burn-out des directeurs artistiques… inhumains. « Il est plus facile de questionner le secteur à deux, que seul », ajoutait-il. Il semble que ce point soit en accord avec les perspectives de Miuccia Prada, et que tous deux désirent ainsi se diriger vers une manière de créer qui soit plus humaine, et donc plus en lien avec le monde et ses questions actuelles.

 

Raf Simons est amoureux de l’art contemporain, et tente sans cesse de déconstruire le vêtement dans sa fonction sociale. C’est les deux autres points que Miuccia Prada reconnaît comme indispensables et régénérateurs dans sa conception de la mode. En effet, jamais elle n’a cesser de questionner les préceptes esthétiques d’une société consommatrice qui tend à proposer du beau éphémère. Ainsi, le dépouillement conceptuel propre à Raf Simons a tout son intérêt dans les conceptions futures de Prada. Tous deux en codirection artistique de la maison italienne à partir du 2 avril, ils pourront continuer avec d’autant plus de force et d’imaginaire à questionner les limites entre culture légitime et populaire, à bouleverser les codes des subcultures pop et à mêler les influences diverses qui leur sont chères, en étant plus près du monde.

2020 s’ouvre donc avec un nouveau pas de style, celui de la co-création et de la collaboration dans le mode de la mode !

 

Visuel : All Creative Common, albert s. parc.

 

L’agenda cinéma de la semaine du 5 février 2020
« Pelléas et Mélisande », de Julie Duclos : le quotidien sans le tragique
Zoé David Rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *