A l'affiche

« Lara Jenkins », beau et froid portrait de femme par Jan-Ole Gerster

« Lara Jenkins », beau et froid portrait de femme par Jan-Ole Gerster

11 février 2020 | PAR Yaël Hirsch

Découvert avec O boy nostalgique et rêveur, le réalisateur allemand Jan-Ole Gerster opte pour la couleur pour son deuxième long-métrage qui fait le portrait d’une femme froide, ancienne musicienne, qui se débat contre la solitude, le jour de ses soixante ans. Un film et une actrice primés à Karlovy Vary et par la presse au Festival du Film des Arcs à découvrir en salles en France le 26 février.

C’est un jour spécial pour l’élégante et froide Lara Jenkins (Corinna Harfouch) : l’anniversaire de ses 60 ans. Pour son fils pianiste (l’on retrouve Tom Schilling après O Boy), c’est également un jour important : son premier récital solo où il interprète une de ses compositions. En suivant Lara Jenkins comme Mrs Dalloway de l’est à l’ouest d’un Berlin qui continue d’inspirer Jan-Ole Gerster, l’on en apprend plus sur cette fonctionnaire retraitée qui a réussi à éloigner tous ses proches d’elle par son dureté et son intransigeance. Le récital du fils et l’effet « bougies soufflées » le mènent vers un de ses vieux professeurs et fait resurgir les fantômes d’un passé très enfoui. 

L’an dernier, dans L’Audition (lire notre critique), c’était Nina Hoss qui incarnait une musicienne froide et dure. Cette fois-ci, sur un rythme très maîtrisé et dans une image à la fois saturée de couleur et sans vie, c’est la sublime Corinna Harfouch, sorte de pianiste à la Isabelle Huppert avec juste la froideur et pas – apparemment- l’hystérie- qui incarne une répétitrice inflexible. Évoluant plan par plan, avec un rythme lancinant, plaçant en son centre un concert dont il donne même à entendre quelques notes, c’est à la fois une passion aux cendres refroidies et un désarroi profond que Jan-Ole Gerster partage sur grand écran, en esthète. Un film très maîtrisé et troublant, malgré  et grâce à son refus de l’émotion facile.

Lara Jenkins, de Jan-Ole Gerster, avec Corinna Harfouch, Tom Schilling, Allemagne, 2019, 1h38, KMBO, sortie française le 26/02/2020.

Yael Naim finit sa résidence aux Bouffes du Nord et part en tournée !
« Tu mourras à vingt ans » de Amjad Abu Alala : un Soudan intime et lumineux
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *