A l'affiche

[Critique] « Une heure de tranquillité » : Christian Clavier retrouve Patrice Leconte dans une comédie trop mécanique

[Critique] « Une heure de tranquillité » : Christian Clavier retrouve Patrice Leconte dans une comédie trop mécanique

03 janvier 2015 | PAR Gilles Herail

Les retrouvailles de Patrice Leconte et de l’ex Splendid laissaient espérer un spectacle agréable à défaut d’être original. Mais malgré l’abattage d’un Christian Clavier impliqué, cette comédie de boulevard trop mécanique fait vaguement sourire plus que rire. A éviter.

[rating=2]

On ne s’étonne plus de retrouver Patrice Leconte dans un nouveau projet inattendu. Le réalisateur s’était récemment essayé à l’animation musicale, au road movie intimiste et à la fresque romantique d’époque. Le voilà de retour avec une comédie populaire, adaptée d’une pièce à succès, cherchant à retrouver les grandes heures du boulevard type Diner de Cons. Ave sur un pitch à la fois efficace et porteur de sens : l’impossibilité d’obtenir son petit moment de tranquillité, seul, pénard, loin des sollicitations permanentes de la vie moderne. Avec une réflexion en prime sur l’individualisme de nos sociétés. Le matériau était là mais le texte du boulevard souligné par la mise en scène artificiellement dynamique de Patrice Leconte et le jeu outrancier des acteurs limitent l’effet jubilatoire attendu. Stéphane de Groodt est le seul à faire exister son second rôle d’emmerdeur professionnel et les autres pièces du casting sont sous exploitées.

Reste alors Christian Clavier, dont la force comique n’est plus à démontrer, après avoir étonné par sa sobriété dans Les Profs et retrouvé le sommet de son art dans Le Bon Dieu. L’acteur donne au film tous ses moments les plus sympathiques mais se retrouve souvent en roue libre. Il aurait fallu plus d’empathie dans ce récit qui file à cent à l’heure et enchaîne les rebondissements grotesques. On a envie d’y croire quand Clavier retrouve ce disque de jazz qu’il cherchait depuis si longtemps. Et dans les cinq dernières minutes, plus posées, où le caméo clin d’oeil de Jean-Pierre Marielle apporte un moment de tendre complicité à cette comédie trop bruyante. Une heure de tranquillité avait l’ambition d’une pure comédie, courte et rythmée. Mais l’intelligence du pitch est malmenée par l’accumulation d’éléments propres au boulevard, qui frisent l’overdose. La maîtresse, la bonne, les fuites d’eau, le voisin, la panne d’ascenseur, les mensonges familiaux. Leconte semble ne pas avoir confiance en ses cartes et ne laisse jamais le temps aux scènes de s’installer. Dommage.

Egalement en salles cette semaine, A most Violent Year que nous avons vu et beaucoup apprécié. La critique ici. 

Gilles Hérail

Une heure de tranquillité, une comédie de Patrice Leconte avec Christian Clavier, durée 1H20, sortie le 31/12/2014

Bande-annonce et visuels officiels.
Décès du sociologue Ulrich Beck
[Critique] « A most violent year » : Oscar Isaac dans un brillant film noir sur l’illusion du rêve américain
Gilles Herail

One thought on “[Critique] « Une heure de tranquillité » : Christian Clavier retrouve Patrice Leconte dans une comédie trop mécanique”

Commentaire(s)

  • Danielo17

    Christian Clavier sur le site « Toute la culture »? c’est une erreur de casting…

    janvier 4, 2015 at 11 h 59 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *