A l'affiche

[Critique] « On a failli être amies » d’Anne Le Ny: intelligent, cruel et savoureux

[Critique] « On a failli être amies » d’Anne Le Ny: intelligent, cruel et savoureux

08 juin 2014 | PAR Olivia Leboyer

on-a-failli-etre-amies

Le cinéma d’Anne Le Ny nous prend toujours par surprise : des lieux et des situations familières, et des échappées brusques, inattendues. On a failli être amies possède une vraie force romanesque. Deux femmes à la croisée des chemins, qui vont infléchir le cours des choses. A ne pas manquer, dès le 25 juin.

[rating=4]

Dans la petite ville d’Orléans, Marithé (Karin Viard) exerce paisiblement son métier de formatrice pour adultes. Aider, conseiller, évaluer le potentiel des uns et des autres, Marithé en a l’habitude. Sa vie à elle, en revanche, est comme suspendue. Divorcée (de Philippe Rebbot, ce charmant acteur, que l’on peut voir actuellement dans Tristesse Club), avec un grand fils, elle n’a pas refait sa vie et ne prend pas le temps de s’interroger sur ses désirs. Un beau jour, une femme se mêle à un groupe d’ouvrières licenciées : cette Carole (Emmanuelle Devos), bien habillée, assez énigmatique, prétend vouloir changer de métier et de vie. Par hasard, Marithé recroise Carole quelques jours après et découvre qu’elle est l’épouse d’un chef cuisinier étoilé (Roschdy Zem).

Etonnée, Marithé se prend d’admiration pour la vie de Carole et pour ce qu’elle possède : l’aisance, le luxe, le grand restaurant champêtre et, bien sûr, l’homme. Mue par un puissant désir mimétique, Marithé va tout faire pour favoriser le changement de vie de Carole. Peu à peu, elle se rend compte qu’elle cherche en réalité à évincer Carole pour prendre sa place. Lancée dans cette stratégie, Marithé pense enfin à son bonheur. Egoïsme ? Non, les choses sont toujours plus subtiles chez Anne Le Ny, qui explore ici les ambiguïtés d’une fascination mutuelle. Très différentes, les deux femmes envient chacune quelque chose chez l’autre. Au centre de cette relation étrange, « presque » amicale, l’homme n’est pas réduit à jouer les utilités : Roschdy Zem est parfait en figure masculine concentrant tous les fantasmes (viril, séduisant, galant et surtout, surtout… excellent cuisinier !). En grande bourgeoise, à l’aise partout mais frappée de bovarysme, Emmanuelle Devos impressionne. Tour à tour petite fille gâtée, inconséquente, ou femme qui doute, soudain forte, elle finit par nous émouvoir. Le rôle de Karin Viard, comme toujours, est plus sympathique d’emblée : mais, progressivement, des zones d’ombre le rendent plus intéressant. Ce sont ces basculements, ces brusques révélations d’un personnage à lui-même, qui font la richesse des films d’Anne Le Ny (Les Invités de mon père, Ceux qui restent). La différence de milieux sociaux rend ici la relation entre Marithé et Carole plutôt cruelle : mais la sensualité et la tendresse dominent également.

D’une scène à l’autre, nous sommes bousculés, surpris par les réactions des personnages. On a failli être amies porte bien son titre, constamment sur le fil, au bord de la rupture. Et, pour les plus romantiques, l’atmosphère érotico-culinaire qui baigne le film est absolument irrésistible.

On a failli être amies, d’Anne Le Ny, France, 2014, distr. Mars Films, 1h31, avec Karin Viard, Emmanuelle Devos, Roschdy Zem, Philippe Rebbot, Anne Le Ny. Sortie le 25 juin 2014.

visuels: affiche, photo et bande annonce officielles du film.

Ed Atkins entre cime et abîme pour la 3ème vague d’accrochage de « l’Etat du ciel » au Palais de Tokyo
Le Passage du Diable d’Anne Fine
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *