A l'affiche
[Critique] du film de science-fiction « Premier Contact » de Denis Villeneuve

[Critique] du film de science-fiction « Premier Contact » de Denis Villeneuve

09 décembre 2016 | PAR Gilles Herail

Denis Villeneuve signe un film de science-fiction surprenant, graphique, sensible et intellectuellement ultra stimulant. Premier Contact (Arrival) passionne en revisitant la question de l’invasion extraterrestre sous le prisme de la communication, tout en dessinant un magnifique personnage féminin (Amy Adams, toujours impressionnante). Une très belle réussite, malgré un dernier quart d’heure un peu fumeux. Notre critique.

[rating=4]

Extrait du synopsis officiel : Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.

premiercontact

Denis Villeneuve est un metteur en scène incontestablement talentueux, directeur d’acteurs hors pair et excellent créateur d’ambiance. Malgré une tendance regrettable à tout miser sur ses twists, cherchant systématiquement à jouer un tour à ses spectateurs après l’avoir méthodiquement accompagné vers une fausse piste. Premier Contact (Arrival) joue moins au petit malin que le reste de sa filmographie, s’appuyant sur un scénario complexe mais structuré, qui ne mise pas tout sur ses révélations finales (un peu fumeuses). Le résultat est fascinant, revisitant l’éternelle question de l’invasion extra-terrestre par le prisme de la communication. Avec une volonté de vulgariser des questionnements scientifiques complexes comme dans l’Interstellar de Christopher Nolan.

La discipline en question (la linguistique) est un élément clef du scénario qui explore les tâtonnements nécessaires afin de réussir à faire se rencontrer deux mondes, deux civilisations et deux systèmes de pensée différents. Qui vont devoir trouver des codes communs pour se jauger, se comprendre et découvrir leurs intentions réciproques. L’héroïne (incarnée par Amy Adams) est chargée de cette prise de contact, qui passe par une validation, étape par étape, de concepts qui paraissent souvent comme acquis. Les aliens disposent-ils d’un langage et d’un alphabet ? Formulent-ils des idées concrètes ou abstraites ? Utilisent-ils l’écrit, l’oral, ou d’autres formes de communication?  Autant de pistes qui maintiennent un suspens intimiste mais haletant, alors que les grandes puissances militaires humaines s’agitent et menacent de passer à l’offensive.

Premier contact (Arrival) évoque  en arrière-plan le jeu diplomatique international qui reprend ses droits mais se focalise avant tout sur la figure de cette chercheuse surdouée qui va réussir à dialoguer avec les extraterrestres.  En intégrant la question de son parcours personnel qui se mêlera de plus en plus intimement à la réalisation de sa mission. L’univers visuel créé par Denis Villeneuve joue sur la symbolique, les flous, l’épure, à mi-chemin entre réalisme et onirisme. Et la tension est toujours présente, malgré la rareté des séquences d’action pure. On regrette que la dernière partie veuille à tout prix donner des réponses (parfois un peu fumeuses) pour boucler la boucle mais Premier contact reste une des très belles surprises de science-fiction de l’année (et le meilleur film de son cinéaste).

Si la question du langage et de la communication vous intéresse, courrez également voir le magnifique documentaire de Julie Bertuccelli sur la poétesse autiste Babouillec (Dernières nouvelles du Cosmos). Qui nous explique comment une mère a réussi à recréer la communication avec son enfant (en passant par des lettres en papier) pour découvrir univers intellectuel d’une richesse et d’une puissance insoupçonnées. 

Gilles Hérail

Premier Contact (Arrival), un film de science-fiction américain de Denis Villeneuve avec Amy Adams, Jeremy Renner et Forest Whitaker, durée 1h56, sortie le 07/12/2016

Visuels : © affiche et bande-annonce officielles du film
Festival d’Île de France : le verdict est tombé
Better Call Saul Saison 2 : le costume ne fait pas l’avocat !
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *