A l'affiche
[Critique] « 22 Jump Street » brillante comédie parodique avec Channing Tatum et Jonah Hill

[Critique] « 22 Jump Street » brillante comédie parodique avec Channing Tatum et Jonah Hill

30 août 2014 | PAR Gilles Herail

22 Jump Street n’a pas à rougir de la comparaison avec son illustre prédécesseur. Avec un esprit parodique tout droit issu des ZAZ, la suite de 21 Jump Street est crue, explosive, référencée, burlesque, absurde, politiquement incorrecte. Tout ce qu’on aime.

[rating=4]

Synopsis officiel: Les deux policiers Schmidt et Jenko, après être retournés au lycée pour mettre à découvert un nouveau réseau de trafiquants, retournent cette fois-ci à la fac pour démanteler un trafic de drogues.

21Jump Street avait réussi à réunir critiques et public autour d’une comédie d’action parodique unanimement encensée. Des idées, de l’écriture, une folie insufflée par les réalisateurs Chris Miller et Phil Lord qui nous avaient bluffé en début d’année avec l’enthousiasmant Lego Movie. 22 Jump Street est une double réussite. Le film adopte un discours méta bien pensé, s’analysant en tant que suite et jouant des ressemblances entre le scénario des deux films que seuls les imbéciles de personnages ne remarquent pas. Car l’enquête est exactement la même que dans 21 jump street et la distanciation amusée des scénaristes leur permet aussi d’imaginer 40 idées stupides pour les prochains épisodes présentées dans l’hilarant générique de fin. 22 Jump Street est clairement une parodie, assumant une filiation évidente avec les meilleurs Y-a-t-il des ZAZ. Mais la recherche du second degré ne l’empêche pas d’investir d’autres territoires.

Véritable célébration de la bêtise, le film est aussi une ode à la bromance de Channing Tatum et Jonah Hill, principal ressort comique qui relègue parfois le pastiche policier au second plan. Le script joue en permanence sur le parallèle entre la relation des deux équipiers et celle d’un vieux couple. Car cette fois, c’est Channing qui quitte le bercail pour vivre sa vie de brute décérébrée, star de football américain après un coup de foudre amical avec une autre tête creuse. Pendant ce temps, Jonah est à la peine et les rôles se sont inversés par rapport au premier épisode. On a rarement vu une telle complicité dans l’idiotie et on espère que les deux acteurs reprendront ces rôles qui leur vont si bien. L’effet de surprise est passé et 22 Jump Street nous a fait peut être un peu moins rire aux éclats. Mais le film est bourré de talent, d’inventivité, de création. Et est (de loin) la meilleure comédie américaine de l’été.

Gilles Hérail

22 Jump Street, une comédie américaine de Phil Lord et Christoph Miller avec Channing Tatum et Jonah Hill, durée 1h52, sortie le 27 août 2014

[Critique] « Enemy » exercice de style aussi brillant que vain par le réalisateur de Prisoners
Sortie DVD : « Tonnerre » de Guillaume Brac : d’ennui, d’amour et de trauma
Gilles Herail

One thought on “[Critique] « 22 Jump Street » brillante comédie parodique avec Channing Tatum et Jonah Hill”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *