A l'affiche
[Cannes Compétition] « Captives », Atom Egoyan livre un thriller léché, pervers et vide

[Cannes Compétition] « Captives », Atom Egoyan livre un thriller léché, pervers et vide

16 mai 2014 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur canadien d’origine arménienne à qui l’on doit Adoration (2008) et Chloé (2009) passe au thriller avec Captives. Un casting bien vu (Rosario Dawson et Ryan Reynolds, entre autres) et une construction léchée, mais vide de sens et parfois de vraisemblance. En compétition et montée des marches ce soir, vendredi 16 mai.


[rating=2]

Alors qu’elle sort d’une session de patinage, la petite Cassandra, 10 ans à peine, est enlevée dans la voiture de son père pendant qu’il va lui chercher une part de tarte. Elle est tombée dans les mains d’un réseau pédophile très sécurisé et totalement high-tech qui l’utilise comme appât. Dirigée par Nicole Dunlop (Rosario Dawson) la brigade spécialisée est saisie et commence par suspecter le père avant de comprendre de quoi il s’agit. Huit ans après un des agents de la brigade parvient à reconnaître le visage de la petite l’enquête reprend du souffle, mais met les policiers en danger,

Très élégant visuellement, Captives brille par sa structure complexe qui est censée nous ménager un suspense haletant. Mais à force de transformer les paysages canadiens en décors géométriques de catalogue Ikéa (neige comprise) et de rester dans l’élégance de déplacements de silhouette réelles ou en surveillance, Egoyan passe à côté du sujet. Rien n’est creusé : ni les psychologies, ni les ressorts de l’intrigue informatique. Quant aux clichés des pervers qui ressemblent à des agents d’assurance efféminés qui se baladent librement, de la victime consentante, elles ne font que renforcer les invraisemblances de l’intrigue. Zéro émotion donc, malgré tous les efforts des acteurs, pour un sujet tout de même saisissant. David Schwimmer avait fait plus probant sur cette question grave des réseaux sociaux comme filets pour les pédophiles en quête de proies. Captives est à la fois beau et vide, l’on s’y ennuie.

Captives de Atom Egoyan, Ryan Reynolds, Scott Speedman, Rosario Dawson, Canada, 1h52, 2014, ARP selection. En compétition. Sortie le 1er octobre 2014.

Visuel : photo officielle du film

Retrouvez tous les articles du Dossier Cannes 2014 ici.

<p style= »text-align: justify; »><a href= »http://toutelaculture.com/dossier/festival-de-cannes-2014/ » target= »_blank »>Retrouvez tous les articles du Dossier Cannes 2014 ici.</a></p>

Mon père ce héron de Jul
[Un certain regard] Mathieu Amalric adapte la chambre bleue de Simenon
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture