Arts
Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures : plongez avec Hector Obalk dans une épopée artistique réjouissante !

Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures : plongez avec Hector Obalk dans une épopée artistique réjouissante !

28 septembre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Depuis le 25 septembre, le critique d’art Hector Obalk reprend au Théâtre de l’Atelier, à la Cigale et au 13ème Art, ses conférences sur l’histoire de la peinture depuis Giotto jusqu’à Klein en passant par Michel-Ange, Caravage ou Bronzino. Deux parcours instructifs et originaux, qui vous feront découvrir sous un œil nouveau une sélection de tableaux plus ou moins connus. C’est toujours aussi érudit, drôle et atypique. 

Toute la peinture ? 

Sur la place Charles-Dullin, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, une file d’attente ondoyante se crée devant le Théâtre de l’Atelier. La représentation du spectacle proposé par Hector Obalk est complète. Veste en tweed marron et pipe à la main, le conférencier déambule parmi son public et prend son temps pour saluer tout le monde.

Une fois installé sur les fauteuils de velours rouge, l’auditoire découvre un immense écran au fond de la scène où seront projetées les œuvres sélectionnées par Hector. 4000 tableaux. Du Trecento  à l’art moderne, des primitifs italiens à la peinture contemporaine, il fallait au moins ça pour évoquer TOUTE la peinture. Oui, mais 4000 tableaux en moins de deux heures, est-ce seulement possible ? Bien sûr que non. Alors voilà, Hector nous fait la sélection de la sélection. 

Tout est dans le détail…

Le conférencier ira piocher allègrement dans son florilège personnel, choisira un détail ici, se concentrera sur un zoom là. Il nous racontera l’histoire de la peinture, une certaine histoire plutôt, à travers un prisme unique, le sien. Hector Obalk nous parlera de la lumière dans les tableaux, de la notion de reliefs et des perspectives. Il scrutera l’anatomie des personnages, comparera certaines toiles pour affuter l’œil de l’amateur d’art que nous sommes. Il passera à la loupe des motifs choisis, fouillera dans les paysages peints certaines formes et couleurs pour y déceler des figures cachées ou des subtilités invisibles (ou presque) pour les regards moins avertis. Parfois, il ébauchera la vie de l’artiste, son contexte, l’époque, les techniques picturales, mais tout cela dans un discours auquel on ne s’attend pas. 

Des anecdotes truculentes

Empruntant à Luchini, Bacri et Arditi réunis, un phrasé, une prosodie bien particulière, il réussit à créer un effet comique avec des anecdotes truculentes. Son texte n’est pas appris par cœur, même si la trame est figée, ce qui confère plus de liberté au déroulé de la conférence. En un sens, chaque représentation est unique. Hector nous évoque son parcours de chroniqueur à la télé et dans la presse, chez Arte ou pour le magazine Elle. Il partage ses expériences professionnelles, ses écueils aussi mais surtout, il nous transmet cet amour incroyable qu’il voue à l’art en général et à la peinture en particulier. 

En musique 

Sur scène, un violoniste et un violoncelliste l’accompagnent de quelques phrases musicales ébauchées, des interludes à peine amorcés. Une chanteuse lyrique vient poser sa voix mélodieuse sur quelques notes mais voilà que c’est déjà terminé. Si l’ensemble est très élégant, la musique mériterait d’être davantage mise en valeur, avec des morceaux plus longs, des extraits plus appuyés pour permettre au public de s’en imprégner réellement. 

45 ans d’expertise de l’art résumés en moins de deux heures sur deux spectacles : c’est le pari  un peu fou lancé par Hector Obalk pour sensibiliser une assistance avide de culture ou simplement curieuse. Si vous souhaitez vous divertir, apprendre de jolies choses sur la peinture et passer un bon moment avec un orateur féru d’art, ne manquez pas ce show inspiré et passionnant. 

Une surprise vous attend par mail si vous réservez directement sur le site billetweb.

 

Visuel : affiche 

Toute l’histoire de la peinture en moins de deux heures

Au Théâtre de l’Atelier

A la Cigale 

Au 13ème Art

Texte et mise en scène : Hector OBALK

Avec Raphaël PERRAUD au violoncelle, en alternance avec Florent CARRIÈRE

Pablo SCHATZMAN au violon, en alternance avec You-Jung HAN

Au chant Andréa CONSTANTIN

Deux bracelets de Marie-Antoinette mis aux enchères à Genève
Vente chez Sotheby’s : les larmes de Frida Kahlo battront-elles des records ?
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture