Salons

Au BAL, éclairage sur l’édition photo indépendante avec le festival « Rolling Paper #3 »

Au BAL, éclairage sur l’édition photo indépendante avec le festival « Rolling Paper #3 »

17 septembre 2019 | PAR Emilie Zana

Retour sur la troisième édition de Rolling Paper, le salon dédié à l’édition photographique indépendante au BAL. Au programme : foire d’éditeurs photos, expositions, conférences, concert… 

Le festival Rolling Paper invite depuis 2017 à découvrir sous un nouvel angle l’édition photo à travers des propositions variées mêlant créativité et réflexion, caractéristique des événements proposés par le BAL

Cette année, Rolling Paper incite le visiteur à s’interroger sur la valeur des images et leur diffusion, comme en témoigne la conférence donnée par la photographe hollandaise Dana Lixenberg à propos de son célèbre projet des années 90 Tupac Biggie. A l’époque réalisés pour le magazine VIBE, les portraits des rappeurs américains Tupac Shakur et Biggie Smalls avaient fait le tour du monde jusqu’à leur appropriation par des marques. On redécouvre la série, publiée en 2018 par les éditions ROMA.

Mais le BAL s’attache aussi à présenter des projets inédits, comme celui des chercheuses Catarina Boieiro et Raquel Schefer, qui sortent de l’oubli des images d’une richesse tant historique qu’esthétique provenant des livres de photographie en lien avec les mouvements de libération des anciennes colonies portugaises en Afrique (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau, Cap-Vert) dans les années 70.

Le festival était également propice à la rencontre grâce au salon des éditeurs indépendants tels que APE ou BATT Coop, et l’occasion de découvrir un singulier Speedbooking, une table qui voit se succéder des projets de jeunes artistes et de maisons d’édition, révélateur de la volonté du BAL d’éclairer des images de tout horizon. 

 

Le BAL, 6, Impasse de la Défense 75018 Paris.

 

Visuel : © extrait de Tupac Biggie, Dana Lixenberg, ROMA, 2018

La danseuse Ofelia Jarl Ortega était au Festival Jerk Off pour sa première en France !
FEFFS 2019 : les court-métrages made in France
Emilie Zana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *