Expos
AKAA 2022 revient pour sa 7ème édition ! Voici les coups de cœur de la rédaction !

AKAA 2022 revient pour sa 7ème édition ! Voici les coups de cœur de la rédaction !

21 octobre 2022 | PAR Chloé Coppalle

Ce vendredi, AKAA 2022 ouvre sa 7ème édition ! Placée sous le thème du mouvement, la foire d’art et de design contemporain a une nouvelle fois réussie à convaincre le public du Carreau du Temple grâce à la qualité de sa sélection. Au cœur des 38 galeries présentes à cet événement inratable du mois d’octobre, suivez le guide !

Le mouvement, de multiples circulations !

Cette année, le thème proposé aux différents exposants était celui du mouvement ! Dans ce cadre, la galerie MOVART (Lisbonne, Luanda) a choisi de présenter les superbes sculptures de Keyezua s’inspirant des icônes religieuses. L’artiste, qui commença a travaillé la photographie dans un style rappelant celui de Samuel Fosso, évoque ses quelques années passés aux Pays-Bas grâce à la couleur bleu, et son installation récente aux Philippes à travers son matériau : la céramique.

Grâce aux références étrangères autobiographiques qu’elle présente dans son travail, l’artiste va à l’encontre de l’intemporalité donné de manière sous-jacente aux arts classiques, et de l’impression de régions figées. Ce rapport à la circulation est également au cœur du travail de Hannalie Taute (Deepest Darkest, Cape Town). L’artiste utilise des photo de familles, les siennes ou celles de ses proches, dont elle cache les visages par des masques en pneu et en tissage. Hannalie Taute est née en Afrique du Sud dans une famille Blanche. L’artiste pose une question : peut-on se définir ‘’Africains’’ quand on est blanc, en Afrique du Sud, pays ayant connu une histoire détruite par deux longues périodes de domination : la colonisation, puis l’Apartheid. Comme dans l’œuvre de Keyezua, le pneu comme matière a une histoire locale.

À la fin du XVIIIème siècle, les pneus étaient utilisés comme élément de torture contre les populations locales lors de nombreux affrontements avec les colons. Le matériau a ici un caractère hautement idéologique, aux premiers abords camouflés par la douceur des fils dessinant les traits. À la galerie Eclectica Contemporary (Cape Town), Johannes Phokela s’inspire de l’art de la Renaissance italienne pour créer des œuvres où il inclut des personnages noirs pour interpeller sur des questions contemporaines comme la traite des femmes.

Cette année AKAA c’est aussi : la mode, la mode, la mode !

Plus réjouissant, Ruan Jooste et Kevin Mackintosh (Deepest Darkest, Cape Town) présentent des modèles hyper-lookés, face caméra, devant des paysages sud-africains. Ruan Jooste réalise des peintures à l’IPAD dans lesquelles les personnages portent autant des marques de luxes que des vêtements aux symboles quotidiens. L’univers pop et coloré rompt avec la noirceur des photographies de Kevin Mackintosh, qui travaillent davantage la relation entre les références vestimentaires nationales et mondialisées. Toujours en photographie, Thandiwe Muriu (193 Gallery, Paris, Venise) fond ses décors dans le costume de ses modèles des compositions maîtrisées ! Au même endroit, les œuvres de Hassan Hajjaj représentent le vêtement pour questionner nos identités à travers des portraits de société. Consacré à la MEP en 2019 avec une première rétrospective, les mises en scène du photographe rappellent les mises en scène de Malik Sidibé et Seidou Keita. Du côté de la galerie Vallois (Paris), Prince Toffa expose ses robes monumentales réalisés en matériaux récupérés (capsules de bières, mégots …), qu’il porte lui-même en performances !

Le travail de l’artiste impressionne par le contraste entre la rudesse des matériaux et la délicatesse du rendu. Evoquer la mode et le textile permet d’aller faire un tour au stand de la galerie Ebony/Curated (Franschhoek, Cape Town) pour y voir l’œuvre murale de Plàcido ‘’Pocho’’ Guimares  !

Entre journal, coquillages et canettes de bières, l’artiste veut parler urbanisme et pollution des fonds marins, mais aussi et avant tout, des sens. Le textile pour le toucher, l’accrochage au mur pour une réflexion sur l’espace, et le visuel pour la finalité. Sculpture murale et nature, c’est également le credo choisi par Nnenna Okore (October Gallery, Londres) pour honorer sa carte blanche une œuvre qui s’inspire de la matérialité organique ! Cette année, la foire présente en effet deux cartes blanches, une à Nnenna Okore, et l’autre à Abdoulaye Konaté (Galerie 38, Casablanca), dont l’installation monumentale accueille les visiteurs. 

Enfin, en peinture, la figuration est à l’honneur !

Côté peinture, on retrouve Léonard Combier, rencontré à AKAA 2019 lors de la 4ème édition, qui propose cette fois-ci des peintures en bas-reliefs, dans le même format que celles de Eugénie Modaï, tous deux exposés à la galerie Lara Sedbon (Paris) ! Autre retour, Ernesto Shikhani, une nouvelle fois représenté par la Perve Galeria (Lisbonne), qu’on aime toujours pour son trait noir affirmé et ses couleurs vives.

À l’instar de Ernesto Shikhani, cette 7ème édition est marquée par la forte présence d’un corpus d’œuvres picturales aux larges aplats de couleurs. La palette de la célèbre Esther Mahlangu à la Melrose Gallery, connue pour ses peintures abstraites à la géométrie rigoureuse, contraste avec celle, pétante, de Adjaratou Ouedraogo à la galerie Françoise Livinec (Paris), ou de Samson Bakare (Eclectica Contemporary, Cape Town) et Tafadzwa Tega (Africa First x LyS, Tel Aviv) !

Ces aplats colorés, Frantz Lamothe (October Gallery, Londres) s’en sert pour composer des mondes fantastiques. Inspiré des graff qu’il peint dans le métro de New York, cet ancien ami de Basquiat plait pour ses peintures structurées comme des rebus aux symboles empruntés au vodoun haïtien. L’onirisme était bien présent cet année, avec les mondes bleus de Johnson Ocheja, toujours à la galerie Lara Sedbon (Paris), qui s’opposent à la frontalité des portraits de Matthew Eguavoen qui parlent de la jeunesse chez Afikaris (Paris).

Et le design, dans tout ça ?

Cette année encore, la peinture conserve sa place de médium principal de la foire. Pourtant, la rédaction a retenu côté design les travaux des deux céramistes de cette nouvelle édition : John Newdigate (Ebony/Curated, Franschhoek, Cape Town), qui nous raconte des histoires fantastiques avec des animaux féeriques dans des vases en porcelaine, et King Houndekpinkou à la galerie Vallois (Paris), dont on aime la délicatesse des vases, les couleurs, et la souplesse des formes !

Comme chaque année, un événement à ne pas louper !

 

Visuel principal : affiche de l’événement
Crédit photos de la galerie
– Hannalie Taute, Nuclear family, 2022, 119 x 84 cm, Photographic print on board, thread and rubber, Courtesy Deepest Darkest
– Johannes Phokela, Ukuthwala, série Honeymoon, 2022, huile sur papier, 59.4 × 42 cm @Eclecticacontemporary 
– Thandiwe Muriu, Camo 44, 2022, Photographie, 150 x 100 cm, Courtesy 193 Gallery
– Prince Toffa, Robe mégots, 2019, mégots de cigarettes sur tissu, 220 x 250 cm ©Galerie Vallois
– Esther Mahlangu, Abstract and Tondo, 2022, acrylique sur toile, 180 cm de diamètre, Courtesy The Melrose Gallery
– Adjaratou Ouedraogo, La solidarité, 2021, 90 x 50 cm, peinture acrylique, pigment, pastel, fusain sur toile, ©GalerieFrançoiseLivinec
– Tafadzwa Masudi, Ngwaririai, 2022, acrylique sur toile, 130 x 120 cm ©WORLDART, Courtesy Africa First x LyS Contemporary
– Matthew Eguavoen, It is illegal to be myself II, 2022, 130×100 cm, acrylique et huile sur toile © AFIKARIS Courtesy AFIKARIS
– King Houndekpinkou, Large Bubble Tea Doll, 2021, céramique émaillée et peinte, mélange de grès noirs et blancs (USA, Japon, Bénin), émaux verts et noirs, peinture acrylique blanche et rose fluo, or, 52 x 31 x 31 cm ©Galerie Vallois

Informations

21 au 23 octobre 2022 – 7ème édition
Carreau du Temple, Paris

21 octobre 2022 : 12h00 – 21h00
22 octobre 2022 : 12h00 – 20h00
23 octobre 2022 : 12h00 – 18h00

Billet plein tarif : 16 €
Billet demi tarif : 11 €
Art Book : 39 €

Damien Hirst brûle ses oeuvres, des NFT en jeu
Milo Rau face à la mort au Festival d’Automne
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration