Arts

L’Art de mettre le corps à nu

L’Art de mettre le corps à nu

28 septembre 2012 | PAR Bérénice Clerc

Nudité, tenue d’Eve, depuis la nuit des temps le corps interroge le monde. La tentation, le paradis perdu a eu raison petit à petit de la nudité simple, positive et harmonieuse.

Si l’habit n’est pas censé faire le moine, la nudité ferait le sage. Les artistes contemporains en sculpture, peinture, photo, installation ou performance animent le corps, le rendent vivant et offrent une image de l’Homme sans apparence, en face à face comme devant un miroir fidèle, sans jugement.

Dès l’origine, le nu a occupé un rôle essentiel dans l’histoire de la création de l’art occidental, femmes envoutantes ou corps acérés, sexes d’homme souvent cachés dans le passé, aujourd’hui le corps s’affiche cru dans les photos de David Lachapelle par exemple.

Yves Klein et son nu bleu ou ses anthropomorphies véhiculait une image joyeuse et simple de la nudité, sans artifice, la sculpture et les traces de corps offraient des reliefs uniques et colorés pour des possibilités infinies. Pigmentation des corps pinceaux pour offrir une image rare d’un bleu de profondis.

A l’inverse, dans l’art chinois, le nu était extrêmement rare avant la révolution économique de 79. Le nu est aujourd’hui présent partout dans l’art contemporain chinois, la création artistique a dépassé le tabou, l’artiste contemporain a su développer rapidement un art très riche ou le nu libère.

Il en est de même pour le Japon, Chiharu Shiota, exceptionnelle artiste japonaise contemporaine offre de multiples visions du nu. Pour deux des ses performances, elle offre son corps, la première fois en image, nue sous la terre, sous l’eau dans la boue, comme un retour au source, à la matière, voir son corps dans la nature, expérimenter la sensation de la mort sans franchir les limites de la sortie de l’âme (Try and go home et I’v never see my death). L’artiste utilise son corps pour plonger dans les ténèbres et retrouver la vie en mieux. Dans une autre de ses performances vidéo elle est nue, couchée sur un fond entièrement blanc, reliée à des dizaines de tuyaux transparents dans lesquels circule du sang. La vie, le corps ne tiennent qu’à un fil. Nudité médicale, transfusion de vie, accélération de la vitesse et de la respiration tels des veines, des vaisseaux sanguins les tuyaux vont lui redonner la vie comme une seconde naissance du corps nu.
L’artiste nous expose à la plus grande vulnérabilité, celle du corps et de l’esprit dans une figuration très abstractive.

Cindy Sherman ne sait pas quoi faire de son corps, elle le modifie, l’expose nu et le place au centre. Plus fort que tout il prend le pouvoir, s’impose. Elle a la phobie d’être photographiée nue, elle masque son corps de prothèses mammaires, de fessiers en silicone, de chaires très angoissantes dignes des terrorisants contes de fées


Le corpus artistique est né, il y a du Rabelais chez Cindy Sherman. Sexes béants en érection, poupées de sex-shop, la nudité est fausse mais assumée.

Plus récemment, Julien Salaud livre un corps d’Homme animal nu, de coquilles d’œufs sculpté. Il est en mouvement, avance, comme pour libérer le monde de sa violence.

Seul face au monde il avance à grand pas, sans linceul il s’offre à la beauté de la vie.


La question de la nudité en art est aujourd’hui très complexe, il faut prendre garde à ne pas afficher un corps pour tenter de choquer ou par facilité. Les artistes contemporains  savent qu’aujourd’hui le corps n’est plus caché, mis à part hélas dans certains pays, la nudité n’est plus  à elle seule une subversion.

La nouvelle Eve Naïve de Pierre et Gilles avec Zahia tente de teinter ce corps de pureté positive, de gourmandise coquine, loin des vulgarités photographiques parfois ridicules.


Les corps doivent rester libre, la nudité devrait toujours être positive et l’artiste contemporain doit offrir les corps mais aussi la nudité par le vide, l’espace, la délivrance d’un secret bien gardé : la liberté.

Monsieur Kipu de David Walliams
Le Festival Images de la diversité et de l’égalité (FIDEL) brosse le portrait de l’Algérie d’aujourd’hui à la Cité de l’immigration
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *