Expos
Vitrines sur l’art : « – Consommer vous dites ? – Mais non, exposer ! »

Vitrines sur l’art : « – Consommer vous dites ? – Mais non, exposer ! »

25 juillet 2014 | PAR Nausicaa Ferro

Pour leur sixième édition, les vitrines sur l’art des Galeries Lafayette reviennent cet été jusqu’au 30 Juillet à Paris et en région (Bordeaux, Marseille, Nantes, Strasbourg). Le concept est simple et ingénieux : présenter les expositions de 21 lieux culturels grâce à des installations conçues à l’échelle d’une vitrine de grand magasin. A Paris, 8 artistes ont investi les vitrines du Boulevard Haussmann.

[rating=4]

Une idée simple, encore fallait-il y penser. Quel endroit plus passant, plus cosmopolite que les vitrines des grands magasins? Ici, tout le monde passe : touristes chinois, héritière russe, vendeuses des alentours, amoureux de fortune, vendeurs à la sauvette, famille en quête de soldes… tout le monde passe devant les Galeries Lafayette. Et tout ce monde se presse devant l’installation minutieuse de l’artiste et designer anglais Kyle Bean, qui a recréé là, dans ces quelques mètres carrés de vitrine, un atelier de travail dévoilant les secrets de fabrication de l’image animée (exposition à la Gaîté lyrique). Plus loin, une famille de touristes s’assoit sur le rebord des deux vitrines consacrées à l’exposition Tiki Pop (Quai Branly), mise en scène par Jean-Benoît Vétillard – l’architecte de 30 ans a créé ici une scénographie racontant un phénomène de société, le tourisme américain dans les mers du sud au cours des années 60. A quelques pas de là, un jeune couple se bécote devant l’arlequin de Pierre Joseph, un de ses « Personnages à réactiver » (Centre Pompidou). Et puis, pour les plus téméraires, ceux qui osent entrer dans le temple du luxe et de la consommation, une surprise les attend, là, suspendue sous la coupole des Galeries, une oeuvre conçue par Philippe Ramette, « Éloge de la contemplation (Le Temps suspendu…)« , représentant un homme assis sur un pont suspendu, pont accroché à une montgolfière qui, peut-être, rêve de s’échapper de la galerie qui bouillonne.

Nausicaa Ferro

KYLE BEAN / GAITÉ LYRIQUE
Kyle Bean, Affiche de l’exposition Motion Factory
© Kyle Bean

JEAN-BENOIT VETILLARD / QUAI BRANLY
Affiche de l’exposition

Philippe Ramette
Éloge de la contemplation (Le Temps suspendu…)
© Nausicaa Ferro

Infos pratiques

L’Orchestre de Dijon-Bourgogne en diffficulté
[Avignon Off] Dans la passion de La rose jaune d’Isabelle Bournat
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture