Expos

Une exposition majestueuse : « AZZEDINE ALAIA COLLECTIONNEUR : ADRIAN et ALAIA, L’art du tailleur »

Une exposition majestueuse : « AZZEDINE ALAIA COLLECTIONNEUR : ADRIAN et ALAIA, L’art du tailleur »

15 mars 2019 | PAR Cloe Assire

Conçue par l’Association Azzedine Alaïa, cette exposition met en majesté deux grands noms de l’histoire de la mode en présentant 27 modèles de Gilbert Adrian qui conversent avec 27 modèles d’Azzedine Alaïa. A travers le prisme des tailleurs, dont tous deux partagent l’excellence et le raffinement, l’exposition montre à quel point la conception et la construction des vestes unissaient leurs deux univers marqués par la recherche d’une élégance intemporelle malgré les décennies et les continents qui les séparent.

La vie d’Azzedine Alaïa fut constamment remplie par la mode, l’art, le design, l’architecture, la musique et le théâtre. En effet, en plus d’être le créateur génial que tout le monde connaît, Azzedine Alaïa a aussi été un collectionneur passionné, pendant cinquante ans, par tous les domaines de la culture. C’est en 2007 qu’il décide de protéger son œuvre et sa collection d’art en fondant l’Association Azzedine Alaïa, conjointement avec son partenaire, le peintre Christoph von Weyhe, et son amie, l’éditrice Carla Sozzani. C’est ainsi que naît la Fondation Azzedine Alaïa, symbole qu’un couturier de mode peut être très lié au milieu de l’art à tel point d’exposer dans un même lieu son travail de couturier et sa collection personnelle d’œuvres d’art.

Arrivé à Paris dans les années 1960, et malgré des moyens financiers modestes dus à son jeune âge, Azzedine Alaïa avait toujours l’œil pour dénicher des pièces rares. C’est ainsi que, tout en créant ses collections, il commença à accumuler les objets d’art, de design et de mode. Alaïa deviendra alors un collectionneur majeur, si ce n’est le plus important, du travail d’Adrian : il constitua en effet une collection de plus de 150 pièces afin d’avoir une présentation fidèle de toutes les facettes du couturier. Adrian était profondément admiré par Alaïa pour ses constructions techniques sophistiquées, l’esprit de ses créations influencées par la Haute Couture parisienne, les détails et bien sûr la coupe.

Sous la verrière de la galerie, les vêtements sont présentées comme des œuvres d’art, en majesté dans cet espace épuré et spacieux à la lumière crue, montrant l’influence que la scénographie peut entraîner sur notre capacité à apprécier ce que l’on veut nous montrer. Les épaules sont larges, les tailles cintrées, le corps de la femme sublimée, redessinée et même remodeler comme le serait une sculpture à laquelle Alaïa a justement été formé. Partageant de nombreuses affinités avec Adrian dans l’exécution de ses modèles ainsi que dans l’obsession pour la technique au service de l’art de la couture, Azzedine Alaïa passait des nuits entières sur la même veste noire sans jamais être satisfait, à la quête de la perfection. Il devient le maître de la coupe et de la silhouette, véritable architecte des corps à partir des années 1980.

Informations pratiques :

18 rue de la Verrerie, 75004 Paris

Métro Hôtel de Ville

 

Infos pratiques

AngeliQ avance « PITI A PITI » [Interview]
Passion Franco-russe pour un et deux pianos par Ludmilla Berlinskaïa et Arthur Ancelle à la salle Gaveau
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *