Expos

Thannhauser, Guggenheim et la peinture française : histoires croisées

Thannhauser, Guggenheim et la peinture française : histoires croisées

05 mai 2019 | PAR Laetitia Larralde

L’Hôtel de Caumont accueille cet été les chefs d’œuvres de la collection Thannhauser du Musée Guggenheim de New-York. Parcours au cœur de l’histoire d’une famille au goût hors du commun.

Si au premier abord le nom de Thannhauser n’est pas très parlant, le vide est vite comblé par l’exposition de l’Hôtel de Caumont. Car au travers de cette sélection parmi les œuvres de la collection Thannhauser se dessine l’histoire d’une famille de galeristes, mécènes, collectionneurs et promoteurs de l’impressionnisme, post-impressionnisme et avant-garde.
Les archives de la famille, rendues publiques en 2015 à Cologne, offrent la possibilité de reconstituer leur rapport à l’art et aux artistes. On découvre ici un rapport passionné, qui a profondément marqué le panorama artistique européen. Installés initialement à Munich, les Thannhauser ont ensuite ouvert des galeries à Lucerne, Berlin et Paris, avant de partir pour New-York pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont organisé de nombreuses expositions promouvant des peintres comme Kandinsky, Marc, Delaunay, Rousseau, Klee, ou encore Picasso, Van Gogh, Gauguin et Matisse.
Suite à son exposition à la galerie de Munich, Justin Thannhauser se lia d’amitié avec le jeune Picasso, en témoignent les trente de ses œuvres sur les soixante-quinze de la collection. Elles retracent soixante-cinq ans de la carrière de l’artiste, du Moulin de la Galette de 1900 au Homard et le chat de 1965.
La scénographie met l’accent sur le lien des Thannhauser avec les œuvres par la reproduction de photographies sur des pans de murs entiers. Exposées dans leurs galeries ou dans les mains de Thannhauser, on plonge avec émotion dans l’intimité des débuts des toiles dans l’histoire de l’art.

Outre l’histoire des Thannhauser, l’exposition dessine en creux celle du musée Guggenheim. Le legs de cette collection en 1963, quelques années à peine après l’ouverture du nouveau bâtiment de Frank Lloyd Wright, a radicalement transformé ce qui était jusqu’à lors un musée d’art non figuratif d’œuvres du début du XXème siècle. La collection s’est ouverte sur le XIXème siècle et a ainsi acquis des œuvres majeures. C’est là une des raisons qui fit choisir à Justin Thannhauser le Guggenheim pour sa donation : outre le fait de vouloir partager sa collection avec le public tout en la gardant entière, il ferait une réelle différence pour le musée.

La collection Thannhauser se concentre principalement autour des artistes français de la fin du XIXème siècle au début du XXème siècle. Quittant pour la première fois les Etats-Unis depuis le legs, il s’agit pour certaines œuvres d’un retour aux sources. En effet, Cézanne a peint son tableau Bibémus dans les carrières aux environs d’Aix-en-Provence, ou encore Van Gogh a travaillé à ses Montagnes à Saint-Rémy pendant sa convalescence dans la région. De plus, l’Hotel de Caumont offre la possibilité, contrairement aux bâtiments modernes du Guggenheim de New York et de Bilbao, la première étape de l’exposition, d’exposer les œuvres dans un cadre plus intimiste, rappelant les salons des Thannhauser. L’environnement proposé aux œuvres à Aix-en-Provence permet de les voir dans un contexte proche de celui de leur création et de leur existence en tant que collection privée. Pour la commissaire de l’exposition, Megan Fontanella, conservatrice au musée Guggenheim et responsable de la collection Thannhauser, c’est une mise en abyme émouvante.

La collection Thannhauser est un florilège des grands peintres de l’impressionnisme à l’avant-garde du XXème : Manet, Cézanne, Picasso, Monet, Van Gogh, Braque, Gauguin, liste à laquelle viennent s’ajouter des œuvres du musée en lien avec la famille comme des Kandinsky, Delaunay, Klee, Rousseau, Seurat… On aurait pu se croire dans un cours d’histoire de l’art sur cette période si les œuvres n’étaient pas si inattendues. En effet, on ne retrouve pas ici les œuvres qu’on associe habituellement avec ces grands noms, mais plutôt des toiles, toutes de grande qualité, mais plus discrètes. Le petit tableau Paysage enneigé de Van Gogh, le Moulin de la Galette de Picasso, la Femme en robe à rayures de Manet : autant d’œuvres rares de peintres connus. Cette dernière a d’ailleurs fait l’objet d’une restauration en vue de l’exposition, permettant des découvertes sur l’histoire de cette peinture et de retrouver les couleurs et la touche de Manet.

Dans le cadre magnifique de l’Hôtel de Caumont, la collection Thannhauser a trouvé un écrin à sa mesure qui lui donne l’occasion de s’exprimer différemment et d’évoquer une multitude d’histoires. Un peu comme des cousins partis vivre à l’étranger de retour au pays, on les accueille avec un sentiment de familiarité mêlé à une pointe d’exotisme venue s’ajouter à leur mémoire.

Chefs-d’œuvre du Guggenheim – de Manet à Picasso, la collection Thannhauser
Du 1er mai au 29 septembre 2019
Hotel de Caumont – Centre d’art, Aix-en-Provence

Visuels : 1-Vincent van Gogh, Montagnes à Saint-Rémy– Saint-Rémy-de-Provence, juillet 1889 – Huile sur toile, 72,8 x 92 cm – Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Thannhauser Collection, don Justin K. Thannhauser, 78.2514.24 /2- Vassily Kandinsky , La Montagne bleue (Der blaue Berg) 1908-1909, Huile sur toile 106 x 96,6 cm – Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Solomon R. Guggenheim Founding Collection, don, 41.505 – Exposé à la Moderne Galerie Heinrich Thannhauser, Munich, 1914 / 3- Paul Cézanne, Bibémus, vers 1894-1895, Huile sur toile 71,4 x 90,1 cm – Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Thannhauser Collection, don Justin K. Thannhauser, 78.2514.6 / 4- Justin et Hilde Thannhauser avec Harry Guggenheim, président de la Solomon R. Guggenheim Foundation, et une maquette montrant le projet d’aile Thannhauser au Guggenheim Museum, 1963 © Solomon R. Guggenheim Foundation, New York

Nathaniel Méchaly : « Ce que j’aime, c’est raconter des histoires avec la musique »
Le sérieux ‘La fonction de l’orgasme’ de Wilhelm Reich nous amuse à la Reine Blanche
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *