Expos
Révélations Emerige 2020, entre force et fragilité

Révélations Emerige 2020, entre force et fragilité

20 octobre 2020 | PAR Laetitia Larralde

Pour sa 7ème édition des Révélations Emerige, le fonds de dotation Emerige met en lumière onze jeunes artistes dans son espace du XVIème arrondissement de Paris. Une sélection orientée vers la peinture et la figuration, avec de belles découvertes.

Le 22 octobre prochain sera révélé le lauréat de la bourse Emerige 2020 parmi les onze finalistes exposés à la Villa Emerige. L’artiste plasticien élu, de moins de 35 ans, français ou vivant en France et non représenté par une galerie, bénéficiera d’un vrai soutien à un moment crucial de sa carrière. Afin de pouvoir organiser son exposition, il sera doté d’une bourse de 15 000€, d’un atelier pendant un an, d’un accompagnement professionnel et sera représenté par une galerie.

Cette année, la galerie partenaire est la galerie Art : Concept, dont le regard porté sur la peinture a naturellement influé sur la sélection faite parmi plus de 500 dossiers. Et qui dit peinture, dit production d’images, figuratives ou non, et transmission de la vision qu’a l’artiste du monde, d’où ce fil rouge tiré entre les artistes par Gaël Charbau, le commissaire de l’exposition : « Un monde à votre image ».

Parmi les œuvres exposées, on remarque une certaine sensibilité commune à la fragilité de l’éphémère, voire de l’impalpable. Clémence Mauger, par exemple, reproduit sur ses toiles grand format ses impressions végétales dans des couleurs pastel et délavées qui laissent la part belle à la resserve blanche. Elle peint à l’aquarelle, utilisant très peu de pigments, dans une démarche à la croisée de l’impressionnisme et de la peinture chinoise. Car ce qu’elle recherche n’est pas tant l’expression du motif que celle de la lumière, comme si ses toiles étaient rétro-éclairées telles des images sur des écrans.

Charlotte Vitaioli instaure elle aussi un lien à l’image numérique dans son travail, qui pourtant place le manuel au centre de sa pratique. Elle teint et coud les étoffes, tisse des tapisseries, peint sur soie… ses mains ramènent les images numériques dans la matière avec ses compositions à la temporalité ralentie.

Avec un même rapport à la matière, Marcella Barceló semble vouloir figer le temps, suspendre la transformation de ces adolescentes ambiguës. Debout face à nous, entourées par une nature oscillant entre Nabis et pointillisme, elles semblent regarder passer le monde, impassibles. En retrait dans leur écrin aux couleurs vives et miroitantes comme celles de coléoptères, ces jeunes filles inspirent une nostalgie à la fois douce et brutale.

Si la peinture occupe la majeure partie de l’espace, il faut cependant noter les vidéos d’Ismaël Joffroy Chandoutis. Dans les deux vidéos présentées ici, Maalbeek, sélectionné à la semaine de la critique du festival de cannes 2020, et Swatted, le réel et le virtuel se mêlent étroitement. Avec Maalbeek, on tente de reconstruire la mémoire de Sabine, qui a totalement effacé l’attentat de Bruxelles en 2016 dont elle a réchappé. Les images se collent et se superposent, s’effritent en pixels, et les réalités de chacun des témoins essayent de se réarranger pour suppléer à la mémoire de Sabine. Les deux vidéos, dans des styles très différents mais où l’on retrouve le rapport complémentaire entre image et son et les glissements plus ou moins brutaux entre réel et virtuel, nous entraînent avec une surprenante facilité dans leurs univers respectifs.

La nouveauté de cette année est le partenariat avec l’Hôtel des Arts de Toulon, dont la direction artistique est confiée à la Villa Noailles. L’exposition s’y installera dès le 5 décembre pour trois mois, et l’un des artistes bénéficiera d’une résidence à la Villa Noailles à Hyères. La portée des Révélations Emerige s’étend ainsi, pour le bénéfice commun des artistes et des visiteurs qui pourront profiter de cette belle édition 2020.

Un monde à votre image – Révélations Emerige 2020
Du 16 octobre au 14 novembre 2020
Villa Emerige – 7 rue Robert Turquan, 75016 Paris

Visuels :1- Un monde à votre image, Bourse Révélations Emerige 2020, commissariat Gaël Charbau, Villa Emerige, © Rebecca Fanuele / 2- Charlotte Vitaioli, Le Ballet Tribalesque, 2020 – Performance et objets en soie peints, Vue d’atelier – le Vivarium – Droits réservés / 3- Clémence Mauger, Rainy Milky Way, 2020 – aquarelle in situ – 1 180 x 220 cm © Rebecca Fanuele / 4- Marcella Barceló, What happens in Spring, 2020 – Acrylique sur toile 200 x 200 cm – Photo : Grégory Copitet / 5- Ismaël Joffroy Chandoutis, Film MAALBEEK, 2018, Vidéo, 16’ – Photo : Rebecca Fanuele

« Fièvres, généalogie d’une insurrection » de Kheireddine Lardjam, une pièce audacieuse
Le 24Beaubourg ouvre ses portes à la Résidence Saint-Ange
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *