Théâtre
« Fièvres, généalogie d’une insurrection » de Kheireddine Lardjam, une pièce audacieuse

« Fièvres, généalogie d’une insurrection » de Kheireddine Lardjam, une pièce audacieuse

20 octobre 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Dans Fièvres, généalogie d’une insurrection, le propos sombre est porté par une merveilleuse comedienne et une brillante scénographie. Kheireddine Lardjam, metteur en scène et comédien franco-algérien y continue d’écrire l’actuel et d’oxygéner le débat dans une pièce mise-au-point . 

Une révolte qui gronde depuis toujours

C’est en 2015 où il crée Page en construction de Fabrice Melquiot que nous découvrons le nécessaire Kheireddine Lardjam. Sa doctrine de metteur en scène est un biais courageux où il s’applique à rendre compte au plus juste de la réalité parfois douloureuse sans jamais renoncer à la poésie et à l’optimisme.  En 2016 il met en scène O-Dieux, un texte inédit de Stefano Massini sur le confit israélo-palestinien, vu à travers les yeux de trois femmes. En 2018, il crée Mille francs de récompense, de Victor Hugo.  Puis en 2019, il présente le spectacle Désintégration d’Ahmed Djouder. Le texte, déminage brillant du roman national aborde la question des identités plurielles et déjà de la violence politique. Puis vint End/ignés, un cri poético-politique à la façon de Sarah Kane. Toutes ces pièces exposent mais ne proclament pas;  Lardjman a un gros coeur à nous édifier sans (trop) nous mettre en dette. Sa dernière pièce Fièvre, écrite elle aussi par Mustapha Benfodil, constitue le deuxième opus de End/igné. Elle aborde ce moment exceptionnel qu’on est en train de vivre en Algérie sous le nom de Hirak (Révolution du sourire). Ceux nombreux parmi nous qui croyaient à la rencontre entre les printemps arabes et l’Algérie découvrent que ce peuple n’avait cessé sans attendre de se révolter contre un système oppresseur et contre un État criminel. La révolte gronde depuis toujours, et avec elle une violence psychique endémique. Kheireddine attrape cette violence.

J’ai allumé mon corps pour le regarder vivre

Fièvres, c’est l’histoire d’une jeune archéologue de formation, professeur d’anglais dans un collège à Balbala, petite ville saharienne déshéritée et, pour pousser le contraste jusqu’au bout, voisine d’une opulente plate-forme pétrolière. Son fiancé, Aziz Benmessaoud, blogueur-justicier a passé sa vie à défendre les parias de Balbala et à dénoncer les manigances et les collusions des notables. Aziz était le héros tragique de la pièce End/igné. Le jeune militant se donnait la mort en s’immolant par le feu en plein tribunal, lors du procès qui l’opposait au puissant sénateur Benrabbi, en s’écriant  : J’ai allumé mon corps pour le regarder vivre.

Sa fiancée Dounia revient au village abandonné, l’ancienne casbah en ruines de Balbala où ils se  retrouvaient. Dans le sanctuaire de leur amour, elle traverse devant/avec nous ses rêves, ses déconvenues, ses passions et ses déceptions. Elle vient y entretenir une flamme sourde, pour ajouter à cette relique les mots indispensables, ceux qui blessent, ceux qui manquent et ceux qui promettent. Elle se raconte et ainsi raconte l’Algérie. Hiba El Aflahi est épatante. Le seule en scène est physique, esthétique et émouvant. La comédienne sait prêter son corps à une figuration charnelle du fardeau politique; et vient le moment où elle danse comme pour alléger un peu la charge. Car elle ne capitulera jamais.

Fièvres, généalogie d’une insurrection est une très jolie pièce audacieuse, nécessaire, sombre mais optimiste.

 

Fièvres, généalogie d’une insurrection

Mustapha Benfodil

Adaptation et mise en scène Kheireddine Lardjam

avec Hiba El Aflahi

Septembre-octobre 2021 tournée en Belgique en partenariat avec Moussem Centre Nomade des Arts
27 et 28 mars 2021 Théâtre National de Tunis

Le 25 février 2021 Mi scène à Poligny
16 et 17 janvier 2021 La Filature, scène nationale de Mulhouse
15, 16 et 17 octobre 2020 Espace Jean Renaudie – Aubervilliers
2 octobre 2020 Scènes du Jura, scène nationale
20 et 21 février 2020 KaaiStudio’s Bruxelles (Be)

 

Crédit Photo Twitter KheiredinneLardjam

Kapwani Kiwanga, l’artiste franco-canadienne, rafle le prix Marcel Duchamp 2020
Révélations Emerige 2020, entre force et fragilité
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *