Expos
Enfin le cinéma ! au musée d’Orsay ou comment l’image est devenue spectacle

Enfin le cinéma ! au musée d’Orsay ou comment l’image est devenue spectacle

29 septembre 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Cet automne, le musée d’Orsay propose un nouveau regard sur la naissance du cinéma au travers d’une exposition évoquant le rôle de l’image dans le passage à la modernité. Étude de l’avènement du divertissement et d’une société du spectacle, Enfin le cinéma ! est à découvrir jusqu’au 16 janvier 2022. 

À la genèse du cinéma 

Le commissaire de l’exposition Dominique Païni est très clair, il ne s’agissait pas ici d’une énième recherche sur la l’invention du cinéma et de sa technique pour en célébrer l’incroyable développement qui lui a ensuite succédé sur le plan artistique et culturel. L’exposition illustre plutôt les prémices du cinéma grâce à un affichage de peintures, affiches, photographies et films éclairant sur une période de mise en mouvement de l’image et des représentations dans le but de se rapprocher du réel.

L’époque évoquée – de 1833 à 1907 – est celle de l’émerveillement et de l’accélération du monde, celle d’un passage à une modernité qui permet tant le mondain et le spectacle, que le développement de technologies qui révolutionnent les habitudes. La naissance du cinéma fait sans aucun doute partie de ces évolutions qui offrent une nouvelle manière de voir et de figurer la société, et c’est précisément cet effet que l’exposition tient à expliquer en allant à la racine de ce regard « moderne ». 

Animer l’image

Si le point de départ essentiel de la naissance du cinéma reste la mise au point de la photographie, il est ici montré comment toutes les formes d’art ont participé à l’animation des images, et spécifiquement la peinture, en travaillant sur la lumière et la reproduction du temps qui passe. On retrouve par exemple la série de Monet de la cathédrale Rouen ou encore celle de Pissaro du boulevard Montmartre.

Un focus est fait sur Paris, symbole de la modernité et du faste de l’époque et dont on voit l’agitation transparaître dans les œuvres. La scène y est particulièrement vivante, des chorégraphies de Loïe Fuller aux premières salles de cinéma, des lieux de spectacles qui deviennent aussi ceux de l’image. Celle-ci tend alors à prendre une forme nouvelle en étant plus seulement dédiée à la représentation mais comme un véritable médium du divertissement. 

Raconter une époque

Exposition thématique reprenant les pratiques culturelles de l’époque, Enfin le cinéma ! choisit de faire dialoguer tous les genres de production visuelle pour expliquer ce phénomène de mise en mouvement mais aussi pour rendre compte d’une dynamique sociale. Au-delà du quotidien, ce sont tous les récits que l’on cherche à mettre en image, non plus simplement pour représenter mais véritablement pour raconter. Grâce à un travail de mise en perspective et une importance grandissante donnée à la couleur et à la lumière qui apportent réalisme et substance, les images prennent vie jusque dans les illustrations de l’histoire que l’on veut moins théâtralisées et plus complètes, notamment dans l’expérience de la guerre. 

C’est ce mélange entre une volonté de réalisme face une irrésistible envie de spectaculaire qui donne naissance au récit cinématographique. L’image animée avec les premiers films et les premières mises en scènes vont ainsi devenir un lieu incontournable de l’expression artistique grâce au lien inévitable entre réel et imaginaire. Mais l’exposition ne va pas jusque la, elle se concentre finalement sur un phénomène de société illustré par cette sélection d’œuvres, tout en posant justement la question de la place du cinéma au musée et du regard du spectateur. 

Enfin le cinéma ! Arts, images et spectacles en France (1833-1907), du 28 septembre 2021 au 16 janvier 20211, musée d’Orsay, 1 Rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris. 

Plus d’informations : www.musee-orsay.fr

 

Visuel : Léonce cinématographiste, mai 1913 © Léonce Perret (1880-1935) 

Night Bus présente son nouvel album au Bal Blomet : Second Trip
Pour ses 30 ans le Printemps de Septembre célèbre à nouveau l’art dans toutes ses expressions
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture