Arts
Exposition Saga Valta à la galerie Napoléon

Exposition Saga Valta à la galerie Napoléon

14 juin 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Débarrassés de la patine de couleur que présentent les planches dans la version finale sortie en bande dessinée, les dessins originaux de Mohamed Aouamri sont exposés dans toute la beauté de leurs traits: crayonnés, encre de chine repassée à la plume et au pinceau, parfois au crayon bleu, coloriés par le dessinateur pour de rares exemplaires, ils attirent irrésistiblement notre œil. En effet, en noir et blanc, il est d’autant plus évident que, là où d’autres dessinateurs mettent l’accent sur le détail ou le décor, c’est sur la contenance psychologique que se concentre Mohamed Aouamri. Les faciès des personnages lui servent à exprimer leur désarroi dans le cas de Valgar, leur courage pour la belle Astridr, la noblesse d’âme dans le cas de Skarperdinn ou encore la ruse, la rouerie et la convoitise pour la retorse Hildegirrd-aux-courts-cheveux…Les esprits forts, qui s’affrontent dans cette série et sont très bien rendus par le dessin, n’en rendent que plus intéressante l’intrigue.

Au sous-sol de la galerie, nous découvrons également d’autres planches originales de Mohamed Aouamri, cette fois du sixième tome de La quête de l’oiseau du temps de Loisel. L’occasion de constater les capacités pluridisciplinaires du dessinateur, capable tant de s’adapter à un style vraiment formaté que demandait la reprise d’un travail graphique avec Loisel que de créer une œuvre d’une grande originalité et d’une grande force graphique avec Jean Dufaux. Nous sentons également que son style s’est encore affirmé, a gagné en aisance et en fluidité ce qui en fait un dessinateur de bande dessinée incontournable duquel de nouvelles grandes œuvres sont attendues avec impatience à commencer par le tome 2 de Saga Valta.

Une exposition phare à ne pas manquer pour tous les passionnés de bande dessinée.

Smashing Pumpkins, Oceania, retour aux années Grunge
Ouverture du concept store du maroquinier m0851 à Paris
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture