Musique
Smashing Pumpkins, Oceania, retour aux années Grunge

Smashing Pumpkins, Oceania, retour aux années Grunge

14 juin 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Oceania est le septième album de l’un des groupes les plus en vue des années 90, les Smashing Pumpkins. Il sortira le 19 juin et sera suivi d’une tournée fin 2012. La dernière fois, c’était en 2007, c’est dire que le groupe formé à Chicago en 1988 sait prendre son temps. Il s’est séparé en 2000, reformé en 2006.

Pour rappeler des souvenirs, cela fonctionne. La voix nasillarde de Billy Corgan, seul survivant du groupe père, glissant sur l’album Mellon Collie And The Infinite Sadness a ravi des millions de lycéens en 1995. L’alternance de guitares ultra saturées avec des moments super sweet était la recette. Et puis il y avait la fille, D’arcy Wretzky au look gothique.

Et bien ? A part nos rides à nous en plus, rien n’a vraiment changé. Tout cela commence très violent avec Quasar et Panopticon pour se calmer avec nos préférés, The Celestials et Violet Rays. Ces deux-là s’annoncent comme deux tubes hypotoniques et électriques.

On reste étonnés et agréablement surpris par des tessitures plus électro avec un titre comme One diamond one pearl. Les Smashing auraient-ils succombés à la pop ? Sur ce coup-là, on ne s’en plaint pas ! On les découvre aussi tout tendres dans Pinwheels aux mots marshmallow et aux solos de guitare sèche romantique.

Bon, au final, quel est le titre qui résume à lui seul tout l’album, sans grande surprise, c’est le titre éponyme Océania, qui rassemble ce que le groupe fait le mieux : du rock métallique et mélodique entrecoupé de nappes surprenantes. Afin de rappeler que les temps ont changé, la dimension du disque est aujourd’hui virale, en s’accompagnant de jeux à partager. Installez- vous, imaginez une image et postez-la sur le réseau de votre choix accompagnée du hashtag devançant le nom de la chanson. Modernité bien loin des téléphones filaires de l’époque de Adore.

En attendant de pouvoir vous faire écouter quelques titres, voici un joli souvenir :

Randy Crawford, Joe Sample, Steve Gad et Nicklas Sample… Live !
Exposition Saga Valta à la galerie Napoléon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture