Actu

Tempête judiciaire autour de l’ouverture du Tombeau des rois

Tempête judiciaire autour de l’ouverture du Tombeau des rois

19 novembre 2019 | PAR Amina Lahmar

A Jérusalem-Est, le Tombeau des rois, merveille de l’architecture vieille de plus de 2000 ans, a rouvert ses portes après 10 ans de travaux. La France, propriétaire du lieu depuis le 19ème siècle, est au cœur d’une controverse, suite aux réactions de la part de juifs ultra-orthodoxes pour qui il s’agit d’un lieu saint. De fil en aiguille l’affaire s’est étendue jusqu’à une contestation du droit de propriété.

 

Du boucan à en réveiller les morts. Autour du Tombeau de rois, c’est la tempête. La France est considérée comme propriétaire du lieu depuis le 19ème siècle. Depuis les fouilles de 1863 par des archéologues français, les frères Peireire, banquiers du Second Empire, en firent acquisition puis décidèrent d’en faire don à la France en 1886. Le drapeau français est toujours présent. « Hekdesh du Tombeau des rois », une association juive, a démarré une procédure judiciaire auprès du tribunal de Paris pour contester son droit de propriété. Les juifs ultra-orthodoxes demandent l’accès illimité à ce qui est pour eux un lieu de prière hautement symbolique. L’examen de la requête serait prévu pour 2020. En attendant, des visites sont organisées 2 fois par semaine, les jeudis matin et les mardis. Il faut tout d’abord procéder obligatoirement à une inscription en ligne. Le groupe de visiteur s’élève au nombre de 15, et la durée atteint 45 minutes. La première tentative d’ouverture des lieux au public, en juin, avait été marquée par des agressions de juifs ultra-orthodoxes envers des agents du Consulat de France à Jérusalem, selon le Consulat. Quinze de ces personnes auraient tenté de s’infiltrer sans inscription au sein de l’édifice, en réclament le droit d’accéder au lieu pour prier gratuitement. Des heurts auraient éclatés devant le Tombeau. En réponse, le consulat de France à Jérusalem avait suspendu les visites. Depuis les revendications, les archéologues s’inquiéteraient « que le lieu ne soit soustrait à la science au profit du culte« , selon Ouest France. Autre point discuté: la situation géopolitique de la zone. Le Tombeau des rois est situé en territoire palestinien dont l’annexion par Israël est déclarée illégale par l’ONU. C’est un autre nœud dans la complexité de cette région du monde, où Jérusalem toute entière est désirée capitale d’Israël, alors que sa partie Est se voudrait être la capitale de l’État que les Palestiniens veulent bâtir. La ville trois fois sainte rencontre à nouveau une problématique à plusieurs têtes.

 

 

Le Tombeau des rois… sans rois, mais avec une reine.

Le saviez-vous? Le Tombeau des rois n’abriterait pas les mausolées des rois David et Salomon. C’est l’affirmation majoritairement acceptée, suite aux recherches d’une figure de l’archéologie biblique, Félicien de Saulcy. Malgré tout, le nom a perduré. Selon les scientifiques, il s’agit du tombeau de la reine Hélène d’Adiabène, une ville de l’actuel Kurdistan irakien. Après sa conversation au judaïsme en l’an 30, la reine Hélène aurait fait érigé à Jérusalem un palais et un mausolée destiné à sa famille. C’est dans cet édifice monumental, véritable modèle de chambre funéraire romaine, qu’elle aurait été enterrée. Son sarcophage, ainsi que ceux de notables juifs se trouvent aujourd’hui au musée du Louvre. C’est une inscription en araméen sur l’un des cercueils de pierre qui auraient mis la puce à l’oreille aux scientifiques. Cette inscription ferait référence à la reine Hélène. Aujourd’hui, conservation et sécurité ne rendent pas les tombes accessibles au public.

 

Visuel : Joavd | Wikipedia

La Baleine et le camp naturiste, un seul-en-scène tragicomique éblouissant
Nach fait vivre une magnifique « Aventure » au public du Trianon
Amina Lahmar

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *