Actu
Un important site gaulois découvert dans le Loiret

Un important site gaulois découvert dans le Loiret

21 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

Des archéologues ont mis au jour des tombes néolithiques exceptionnelles et un vaste complexe gaulois à Artenay (Loiret).

Un vaste complexe rural gaulois, des fragments de statues rarissimes et deux sépultures ont été découverts lors de fouilles à Artenay (Loiret), a annoncé l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Ce chantier en bordure d’autoroute, à une vingtaine de kilomètres d’Orléans, a été entrepris avant l’aménagement d’une zone d’activités. Un pôle routier doit être construit sur les anciens vestiges.

Sépultures néolithiques

Deux sépultures d’époque néolithique, datées entre 5 500 et 3 700 avant notre ère, ont été mises au jour. Elles sont très rares dans la région Centre. L’un des défunts, en position fléchie, tenait entre ses bras un bois de cerf perforé. Sous sa tête reposait une hache polie dans un silex blanc. Cet outil destiné à l’abattage des arbres et au façonnage d’objets en bois est inhabituelle dans une tombe.

Deux grandes « fermes »

Les archéologues ont aussi découverts deux très vastes ensembles (7 200 m² et 4 300 m²) entourés de monumentales tranchées de 2,50 m de profondeur et 7 m de large. A l’époque, de nombreux bâtiments y étaient édifiés. Ils ont été occupés entre le Ier siècle avant notre ère et le IIe de notre ère. La présence d’outils montrent que ces lieux abritaient des activités artisanales.

La principale propriété appartenait à un riche Gaulois à en croire les fragments de parures et de céramiques peintes découverts. Cette ferme était conçu pour impressionner. « C’est une volonté du propriétaire de montrer son statut social et sa puissance, explique à l’AFP le responsable du site, Jean-Philippe Gay. Plus il est riche, plus il le montre avec des fossés profonds. »

Fragments de statues très rares

Deux fragments de statues ont été trouvés. Une toute petite tête sculptée en terre cuite de la taille d’un pouce et un buste taillé dans un bloc de calcaire mais sans tête. La tête sculptée, de style celtique, représente un personnage barbu aux yeux exorbités. Sur le plus grand fragment, un personnage a les mains placées sur le ventre, dans son dos, deux cervidés s’affrontent. Ces fragments de statues gauloises suscitent l’enthousiasme des spécialistes. En effet, la statuaire gauloise est rare en France et celle d’Artenay est unique en région Centre.

La fin des fouilles est prévue pour fin juillet.

Visuel : Laetitia Larralde

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 22 juin
Voyage à Lille vers de très contemporaines « Latitudes »
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture