Politique culturelle

Record du monde pour Nicolas de Staël à Paris : son « Nu couché » vendu à plus de 7 millions d’euros

Record du monde pour Nicolas de Staël à Paris : son « Nu couché » vendu à plus de 7 millions d’euros

07 décembre 2011 | PAR Liane Masson

Une huile sur toile du peintre Nicolas de Staël (1914-1955), Nu couché, a été vendue aux enchères 7.033.400 euros, mardi soir à Paris, établissant un nouveau record du monde pour ce peintre français d’origine russe. C’est ce que vient d’annoncer la maison de ventes Artcurial.

Nicolas de Staël est aujourd’hui l’un des noms les plus fameux dans le milieu de l’art. L’artiste est en effet un peintre apprécié du public comme des amateurs et des collectionneurs. Ses œuvres sont exposées partout dans le monde et figurent dans les plus prestigieux musées internationaux.

Le précédent record mondial pour une œuvre de Nicolas de Staël, était de 2,4 millions d’euros pour Agrigente (1954), lors d’une vente à Paris en mai dernier.

Pulvérisant l’estimation la plus favorable de 3,5 millions d’euros, ce tableau, l’un des derniers de Nicolas de Staël, a été peint en 1954. Il a été adjugé à un collectionneur américain qui a requis l’anonymat, au terme d’enchères très disputées entre six enchérisseurs, dont deux Français et un Britannique.

Le Nu couché a été exécuté à Ménerbes en Provence, où Nicolas de Staël s’était établi à l’époque. Il montre une figure féminine, la chevelure noire, nue, couchée, les bras posés sur la poitrine, la jambe droite repliée, qui est vue en plongée. Le tableau, de format horizontal, est de grandes dimensions (97 cm de haut pour 1,46 m de large). Il est parfaitement caractéristique des œuvres de cette période, celle des deux dernières années de la vie du peintre, par sa composition, sa structure, son espace, ses couleurs, sa facture et naturellement son recours au sujet, où réside en fait toute l’originalité de Nicolas de Staël et toute sa force.

 

"Nu couché", Nicolas de Staël, 1954

 

Selon la maison de ventes, il s’agit de l’oeuvre d’art la plus chère vendue à Paris en 2011. « Ce Nu couché est un tableau merveilleux, un des trophées de l’histoire de la peinture. Les nus sont très rares dans l’oeuvre de Nicolas de Staël qui était à ce moment-là dans la force de son art », a souligné à l’AFP Maître Francis Briest, co-président d’Artcurial. « Cette toile qui mériterait un catalogue à elle seule, est à la conjonction de l’abstraction et de la figuration. Les enchérisseurs se sont surpassés pour l’obtenir. Elle ne reviendra sans doute pas sur le marché avant une trentaine d’années », a ajouté le commissaire-priseur, estimant qu’avec ce record extraordinaire et inattendu, « Paris défend ses couleurs pour les grandes ventes internationales ».

 

Source : AFP et lemoine.blog.artcurial.com
Visuel à la Une : © AFP/Archives – Jacques Demarthon

Masque au borojo nourrissant Guayapi : les peaux sèches ont trouvé leur allié contre l’hiver
Les vernissages du week-end
Liane Masson

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *