Politique culturelle

Le Grand Palais rénové

10 mai 2010 | PAR Margot Boutges

 

 

Jean-Paul Cluzel s’était exprimé lors d’une conférence à la presse le 24 avril dernier, en présence du ministre de la culture Frédéric Mitterrand. Il expliquait son projet de fusion du Grand Palais et de la Réunion des musées nationaux (RMN), deux établissements qu’il préside. Il a accordé il y a quelques jours une interview au site lejdd.fr dans laquelle il décrit le chemin qu’il reste à parcourir jusqu’à la rénovation du Grand Palais à laquelle devrait mener la fusion… Esquisse d’un projet très ambitieux.

L’objectif est de créer un nouvel établissement public industriel et commercial (EPIC) qui s’imposerait en référence sur la scène culturelle internationale. Cet EPIC associerait le Grand Palais, monument bâti pour l’exposition universelle de 1900 abritant aujourd’hui diverses expositions et évènements prestigieux (défilés de mode…) et la RMN, organisme prestataire de services aux musées, qui excelle dans le montage d’expositions, l’édition, les boutiques/librairies, les agences photographiques… Cette fusion qui boosterait l’autonomie financière du bâtiment rendrait possible la rénovation du Grand Palais. Il s’agirait d’un chantier de très grande ampleur qui permettrait à l’établissement d’être ouvert toute l’année (il ne l’est actuellement que six mois par an) et de doubler sa capacité d’accueil au public aujourd’hui limitée (tout est relatif) à 10 000 visiteurs. Cela permettrait de multiplier les salles d’exposition adaptées aussi bien à la présentation des œuvres des grands maîtres qu’aux expressions culturelles les plus actuelles. Les travaux consisteraient à redonner au Grand Palais son unité primordiale en décloisonnant le Palais de la découverte, les galeries nationales et la grande nef. Grande nef qui ne serait plus le seul espace d’exposition : 6000 mètres de galeries attenantes seront aménagées. Ces travaux devraient être effectués en respect du caractère historique du monument un peu à la manière de la Tate Modern de Londres nichée dans une ancienne usine électrique. Ce chantier nécessiterait 236 millions d’euros d’investissement. Jean-Paul Cluzel a annoncé un autofinancement d’au moins 50 %.

Autre gageure pour le Grand Palais : la numérisation de son grand fonds de photos, ce qui lui permettrait de devenir « le plus grand musée virtuel du monde ». Ce projet vient s’insèrer dans un des grands chantiers du ministère de la culture : la numérisation du patrimoine de la France.

L’objectif : que le Grand Palais s’affirme comme un leader mondial en ingénierie muséale. « Au fond, le projet Grand Palais, c’est le même souffle que le centre Pompidou il y a trente ans », constatait Frédéric Mitterrand le 20 avril dernier.

Les grands quotidiens récompensés
Sortie ciné : Don Giovanni, naissance d’un opéra
Margot Boutges

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *