Actu
La culture se mobilise et présente un référé au Conseil d’Etat

La culture se mobilise et présente un référé au Conseil d’Etat

16 décembre 2020 | PAR Lalouchi Naoual

Le monde de la culture se mobilise depuis les dernières annonces gouvernementales qui ne permettent pas à nos salles de lever le rideau. Ce mercredi 16 décembre 2020, le référé au conseil d’état se clôt avec 4500 signatures d’institutions culturelles. 

La culture se mobilise

D’abord, le monde de la culture s’est résolu et a accepté son sort. Fortement impactés par la pandémie, les lieux culturels ont baissé leur rideau et stoppé toute activité dans un premier temps. Le secteur s’est adapté et a respecté les mesures prises par le gouvernement. Les musées ont innové en proposant des visites et expositions virtuelles. De même pour les théâtres et les cinémas, dans une perpétuelle quête d’alternatives numériques à proposer aux artistes et à leur public. Telles que des conférences, rencontres, performances et spectacles en visioconférence, sur des plateformes de streaming ou en live sur les réseaux sociaux. 

Enfin l’injustice s’est immiscée. Les magasins, les lieux de culte et les transports ne sont-ils pas des lieux de possibles contaminations ? Pourquoi ces lieux là sont-ils considérés comme plus « essentiels » ? La culture ne nous nourrit-elle pas ? N’est-elle pas un lieu de culte pour certains ?  Les salles n’ont-elles pas mis en place des mesures de distanciation sociale ?  Autant de questions auxquelles la seule réponse reste « pas essentiel« .

Mais face à l’injustice, la seule réponse est la riposte. La date du 15 décembre tant attendue par le secteur n’a pas permis la réouverture des lieux culturels. En revanche plusieurs milliers de personnes se sont mobilisées pour montrer leur mécontentement, place de la Bastille à Paris et dans de nombreuses autres villes de France. Les mêmes mots ont résonné : « Ré-ouvrez nos salles de cinéma, de spectacle, nos théâtres, nos musées, nos conservatoires ». Tout ces lieux si chers qualifiés de « non-essentiel » par nos institutions gouvernementales.  

C’est la première fois que la culture se fédère. Les artistes et acteurs du secteur culturel ont décidé de multiplier les actions pour se faire entendre. En premier lieu, des manifestations organisées en ce début de semaine partout en France. Mais aussi un recours sous la forme d’un référé-liberté devant le Conseil d’Etat. 

Un référé-liberté déposé au Conseil d’Etat

Un référé-liberté c’est quoi? Le site du gouvernement service public nous explique qu’un référé-liberté “permet de demander au juge de prendre en urgence une mesure nécessaire à la sauvegarde d’une de vos libertés fondamentales si l’administration y porte atteinte de manière grave et illégale. Il peut s’agir d’une personne morale de droit public ou d’un organisme de droit privé chargé de la gestion d’un service public”. 

Ainsi, ce mercredi 16 décembre 2020 la démarche collective de recours en référé-liberté du monde de la culture compte plus de 4500 signatures, dont Toute la Culture. La sauvegarde d’une de nos libertés fondamentales, celle de la liberté artistique a mobilisé tout le secteur. Cet appel au soutien reporte une longue liste de signataires. On y retrouve des collectivités territoriales telles que des Maires, des Maires-Adjoints, des Conseillers Municipaux. Mais aussi une longue liste de théâtres français, de scènes, de compagnies, d’agences, d’associations, de syndicats.

« Les avocats Vincent Brengarth et William Bourdon ont déposé devant le Conseil d’Etat les premiers recours contre la décision du gouvernement de maintenir fermés l’ensemble des établissements culturels. » et « C’est l’ensemble de la culture à l’échelle nationale qui se mobilise pour demander un droit à la culture et limiter les conséquences catastrophiques de la crise en écho aux compagnies, artistes, techniciens, salariés, créateurs, dont la pérennité est gravement menacée » nous déclare dans un communiqué de presse le Cabinet en charge du dossier (Cabinet Bourdon &Associés – AVOCATS). 

Le recourt s’est clôt ce mercredi 16 décembre et devrait être jugé dans les deux prochains jours.

Alors est-ce que ce recours en justice rendra ses libertés à la culture? Réponse dans quelques jours. 

Visuel : ©Daniel Lobo/ Flickr CC

Décès de la comédienne Caroline Cellier
Jacques Dumarçay, l’architecte des grandes restaurations d’Angkor, est mort
Lalouchi Naoual

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture