Politique culturelle

Fréjus : des artistes contraint par le maire FN de s’occuper d’enfants bénévolement.

05 août 2015 | PAR Hakim Akcha

La ville de Fréjus, en la personne de son maire David Rachline (Front National) désire contraindre une quinzaine d’artistes à s’occuper d’enfants de maternelle bénévolement. En raison, le loyer de l’atelier des artistes qu’ils paient à prix réduit. Mais les artistes ne l’entendent pas de cette oreille.

La mairie Front National de Fréjus, située dans le Var, a récemment proposé aux artistes et artisans de l’art installés dans des locaux municipaux – qu’ils louent à prix réduit – de se charger, bénévolement, d’enfants de maternelles et d’écoles primaires une fois les horaires scolaires terminés. En somme, l’atelier artistique de ces quinze personnes devrait se transformer en garderie une fois 16h passées. Le sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline justifie cette idée et déclare, non sans agressivité « La ville finance en grande partie le loyer d’un certain nombre de ces dames et messieurs. Il y a un minimum de retour. Le débat va s’arrêter ici : soit cela se passe bien et tout le monde est d’accord pour participer, soit je mets un terme à cette histoire où l’on paye des loyers à tout le monde.« . La municipalité va jusqu’à expliquer que certains de ces artistes participent à des projets périscolaires artistiques dans les villes limitrophes comme Puget-Sur-Argens.

L’ancien maire de la ville, François Léotard, avait proposé à un groupe d’artistes une remise de prix du loyer, à savoir 2,50 euros pour le mètre carré d’un local aujourd’hui devenu atelier artistique. C’est notamment ce qui avait permis à la ville d’être labellisée comme « Ville d’Art et d’Histoire« , un véritable atout touristique qui permet à une localité si pittoresque d’obtenir quatre étoiles sur l’ensemble des guides touristiques et de présenter des installations démontables sur les plages.

Certains avocats des artistes, comme Emmanuel Bonnemain, posent les questions de l’accueil non-adéquat d’enfants dans un atelier artistique. En outre, qui pourrait payer les fournitures utilisés par les enfants et les assurances ? L’avocat répond également à la municipalité en expliquant que même si certains artistes participent à la vie associative d’autres villes, ils le font pour un certain salaire (25€/heures) et dans des locaux adaptés.

Bien décidés à se défendre les artistes refusent catégoriquement cette possibilité et restent près à quitter les lieux plutôt que de céder à cette injonction municipale. L’un d’eux, Olivier Isselin photographe d’Art s’insurge d’une telle décision, « La municipalité a décidé de nous faire travailler à l’œil, ils veulent qu’on garde les enfants gratuitement !« . Selon lui, les artistes ne possèdent ni les compétences ni la vocation pour gérer des enfants de cet âge là. Il ajoute et précise  » Et comment s’engager de la sorte alors que nous devons souvent nous absenter pour participer à des expositions ou tout simplement faire notre travail ? « . Le maire, agacé par l’attitude des artistes et la polémique autours de cette décision ne peut s’empêcher de crier à la « fainéantise » et aux « privilèges » de ces artistes. Rappelons tout de même que la situation, pour bons nombre de ces quinze artistes, reste précaire et difficile. En outre, demander à des artistes de prendre sur leur temps de création et d’exposition, pour s’occuper d’enfants, revient à mettre en cause le statut gracieux de ll’Art en général. Statut qui occupe d’ailleurs une part importante de l’identité et des intérêts de la ville de Fréjus.

Visuel : © Photo de profil Twitter de David Rachline.

 

Les cinq clés du succès d’Angry Birds
70ème anniversaire d’Hiroshima : Le programme des commémorations en France
Hakim Akcha

One thought on “Fréjus : des artistes contraint par le maire FN de s’occuper d’enfants bénévolement.”

Commentaire(s)

  • Saphyr77

    C’est un faux scandale. Déjà pour commencer, il est dit que ça peut se faire dans les locaux des artistes s’ils peuvent acceuillir, sinon ils seront dans des locaux municipaux. Les enfants ne seront pas sous la surveillance des artistes, il y aura un accompagnateur. La commune donne quasiment des logements, on ne va pas les payer 25e, faut pas abuser. Il est proposé qu’ils fassent 1h30/semaine pendant un trimestre un an. Soit 18 heures en tout. L’objectif est juste d’apporter une initiation artistique aux enfants. Et c’est une très bonne chose. Ce ne sont pas 18h par an qui vont les empecher de faire leur travail d’artiste. (dédi à Miss Culture)

    août 6, 2015 at 12 h 48 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *