Medias
Les musées lancent des visites live grâce à l’application Periscope

Les musées lancent des visites live grâce à l’application Periscope

09 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Lancée en mars dernier sur Twitter, Periscope a seduit la culture.  Les musées se sont appropriés l’application afin de proposer des visites en direct sur téléphones ou tablettes. Un moyen astucieux de diffuser la culture à plus grande échelle…

Au-delà des internautes, l’application Periscope lancée le 26 mars 2015 sur Twitter, a conquis les institutions culturelles et plus particulièrement les musées. Grâce à cette plateforme qui permet « d’explorer le monde à travers les yeux des autres », les musées ont trouvé une manière de toucher un plus large public et de le sensibiliser à l’art. Comment ? En proposant des visites live de leurs expositions. Le principe est simple : les utilisateurs de Twitter se connectent sur leur compte et suivent, après précision de l’heure de la session live par l’organisateur, une visite exclusive durant généralement 30 à 45 minutes. Ils peuvent également poser des questions durant le live, de quoi leur faire vivre une expérience inoubliable et interactive.

Expérimenter et partager

Chris Michaels, directeur numérique et édition du British Museum qui a lancé le premier une visite live de son exposition Defining beauty : the body in ancient greek art explique: « En tant que musée du monde pour le monde, nous cherchons toujours à expérimenter de nouvelles manières de partager nos expositions avec le monde, à la fois les publics qui peuvent nous rendre visite, et les publics qui ne peuvent pas. La technologie mobile et les médias sociaux offre une incroyable manière de le faire, et Periscope est une nouvelle innovation brillante. L’immédiateté et l’intimité de cette technique de diffusion en direct peut ainsi aider à apporter la merveille » de l’art à un nouveau public.

1Du même avis, le Metropolitan Museum a lui aussi lancé, peu de temps après, une session live de sa soirée annuelle de gala de collecte de fonds. En juin dernier c’est le Museum of Modern Art de New York qui proposait un live Periscope de la performance musicale de Blood Orange proposée dans le cadre de l’expo #YokoOnoPeace. L’Indianapolis Museum of Art, quant à lui, a lancé le 18 juin une visite guidée avec le commissaire de l’exposition Dream cars. En France, la tendance a également séduit le Grand Palais qui le 2 juillet présentait sa visite virtuelle de l’exposition Velázquez. Sur les réseaux sociaux, les internautes ne se privent pas de partager leur expérience, que ce soit au Musée du Prado (Espagne) ou au Musée de Berardo (Portugal). Des comptes twitter dédiés à l’art tel que ScribeAccroupi ou RuedesMusées s’amusent même à proposer des replays de ces visites périscopiques.

Periscope, une « menace au droit d’auteur » ?

Élaborée pour Apple, Periscope est vite arrivée sur Androïd, touchant ainsi le marché mondial. Mais si l’idée de permettre à des utilisateurs de diffuser en direct des contenus vidéo a d’abord semblé bonne, elle l’est finalement beaucoup moins pour les organisateurs d’événements ou producteurs de cinéma qui ont « violemment réagi au lancement de ce service et au développement des applications de live-streaming » précise le journal Club Innovation & Culture France. Selon ces derniers, Periscope « bouleverse les habitudes de consommation des médias et suscitent des craintes quant au respect des droits d’auteur. » Après l’engouement suscité par cette nouvelle plateforme, les musées devraient-ils eux aussi craindre une vive réaction de la part de leurs ayants droit ?

Retrouvez ici notre sélection des 10 grandes expositions de l’été 2015.

Visuel  : © Periscope / Twitter

Retour sur les résultats du FIDMarseille
[Festival d’Avignon] Un terne Andreas par Jonathan Châtel
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *