Cinema
Retour sur les résultats du FIDMarseille

Retour sur les résultats du FIDMarseille

09 juillet 2015 | PAR Hakim Akcha

La 26 ème édition du FIDMarseille, ou Festival International de Cinéma de Marseille, s’est terminé ce 6 Juillet, après sept jours de compétition. Retour sur les résultats des compétitions françaises et internationales.

C’est Dans ma tête un Rond-Point, un film franco-algérien réalisé par Hassen Ferhani, qui remporte le Grand Prix du festival dans la catégorie française. Le film, d’une durée d’une heure et quarante minutes, est une véritable recherche poétique et lyrique sur la vie et ses mystères à travers les yeux de bouchers qui travaillent dans un abattoir algérois. Le film va plus loin qu’une simple allégorie de l’Algérie en sang telle une vache dans un abattoir. On y distingue plutôt l’effort des algériens pour se maintenir en vie, dans une Algérie ensanglantée.

La catégorie internationale décerne son Grand Prix au film de Ricardo Giacconi ;  « Entrelazado ». Le film rapporte les quotidiens et vies d’un marionnettiste, d’un médium, d’un tailleur, et d’une scientifique habitant Cali en Colombie. Habilement, le film s’occupe d’ouvrir les yeux aux spectateurs sur les liens invisibles et entrelacés qui relient des vies sans contact apparent. Une véritable réflexion scientifique, philosophique et humaniste sur l’existence. Un sujet, somme toute, complexe.

Le FIDMarseille représente une source de nouveautés cinématographiques qu’elles soient documentaires ou fictionnelles. Le festival a pour premier but de diffuser la culture du neuvième art au public le plus large possible. C’est pourquoi, les films sont rangés dans trois catégories différentes : la compétition premier ; s’intéressant aux premiers films de jeunes cinéastes, la compétition française et la compétition internationale. En parallèle, le FID collabore, dans le même but, avec de nombreux autres festivals européens. En outre il permet aussi à de jeunes cinéastes du monde entier de présenter leurs travaux, voire même de pouvoir les diffuser, une occasion rare pour les nouvelles générations de cinéastes. D’autant lorsque le contexte politique du pays d’origine du cinéaste est instable. Ce festival se pose ainsi comme le mécène d’une catégorie relativement marginale, sous-développée, peu connue et généralement jeunes du monde du cinéma.

Visuel : © Affiche officielle de la 26 ème édition du festival.

L’ancien atelier de Pablo Picasso toujours menacé
Les musées lancent des visites live grâce à l’application Periscope
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *