Actu
Livraison par drone : Amazon continue son expansion dans l’e-commerce

Livraison par drone : Amazon continue son expansion dans l’e-commerce

21 juin 2022 | PAR Jane Sebbar

Près de dix ans après le lancement du projet, Amazon propose enfin ses premières livraisons par drone. Le service baptisé « Prime Air » entrera d’abord en phase de test dans la ville de Lockeford, en Californie, dans le courant de l’année 2022. Une occasion de revenir sur l’expansion de l’e-commerce par ce géant de la distribution. 

Lundi dernier, Amazon a confirmé dans un communiqué de presse que les résidents de la ville de Lockeford, en Californie, allaient « pouvoir s’inscrire pour se faire livrer par drone gratuitement » mais la date de lancement n’est pas encore connue. Le site de vente en ligne doit attendre la confirmation des autorités américaines. Depuis le lancement de l’idée par Amazon en 2013, l’entreprise a travaillé au développement d’un drone capable d’identifier tous types d’obstacles comme des animaux en mouvement ou des poteaux électriques. Fait inédit, car la plupart des drones déjà en opération ne disposent pas de cette capacité d’adaptation et requièrent des observateurs pour les aider à éviter les risques. 

Un progrès technique indéniable 

Une première pour la société de Jeff Bezos, la première fortune du monde, qui mise sur une révolution dans le secteur des transports de marchandises. Si le camion demeure le mode de transport privilégié, les lobbies du drone affirment que ce mode de transport améliore la rapidité de livraison, réduit la pollution et le coût de transport. Dans le cadre de commandes urgentes, le camion pollue de manière considérable alors qu’il n’est même pas plein. Le drone, quant à lui, se déplace pour un seul colis et n’émet pas de CO2 puisqu’il est électrique. Avec la succession des crises économique et écologique généralisées, les arguments en matière de rentabilité et de protection de l’environnement semblent convaincre une bonne partie des consommateurs. Selon un sondage de 2019, 40% des consommateurs affirment qu’ils utiliseront le drone pour être livrés et 39% sont moins sûrs qu’ils utiliseront la livraison par drone mais le feront peut-être. 

La digitalisation du monde 

Mais ce type d’innovation technique pose des questions de sécurité. Où commence la perte de contrôle de l’humain sur le robot ? Les drones sont pilotés à distance. Et si un problème technique entravait la livraison ? Et si en plein vol, le drone s’arrêtait de fonctionner et tomber en chute libre ? sur des individus ? ou sur des routes ? Et si quelqu’un interceptait le colis en prenant le contrôle du drone ? Selon un sondage de 2016, parmi les personnes qui se méfient de la livraison par drone, l’argument sur les risques en matière de sécurité est mobilisé par 68 % des personnes interrogées. Si les lobbies du drone misent sur l’argument écologique, la pollution sonore demeure un inconvénient de taille pour certains consommateurs. Une étude récente a comparé les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie des drones, des camions électriques et diesel dans les situations de livraison de colis. Elle a démontré que les drones sont avantageux plutôt en milieu rural où la densité de clients est faible et les distances plus longues. A cette exception près, dans la majorité des cas, les camions électriques émettent moins de gaz à effet de serre et consomment moins d’énergie que les drones. De plus, ce type d’appareil doit s’adapter aux conditions de vent qui peuvent augmenter considérablement sa consommation d’énergie. 

Amazon devancée par Walmart 

Depuis ces dix dernières années, à l’heure de la digitalisation et de l’e-commerce, on observe dans le monde entier un essor de la livraison par drone. De l’Australie aux Etats-Unis, en passant par la Chine, ils sont plus de 20 000 drones à effectuer des livraisons de colis quotidiennes. En France, le premier centre de livraison par drone a vu le jour en 2017. La Poste avait déjà lancé une ligne de livraison par drone à destination d’un complexe commercial isolé dans le Var. La même année, la capitale de l’Islande a ouvert une ligne régulière de transport aérien pour livrer de la nourriture commandée sur le site « AHA » dans un quartier séparé du reste de la ville par une baie. Ce type d’innovations techniques permet de relier des zones enclavées aux centres urbains en réduisant la pollution et le coût de transport. Le géant de la grande distribution le plus avancé dans le déploiement du transport aérien, est sans nul doute le groupe Walmart qui s’est allié avec la start-up Drone-Up pour étendre sa livraison par drone jusqu’à 4 millions de foyers sur 34 États américains. 

Une expansion de l’e-commerce 

En annonçant le déploiement de sa ligne de livraison par drone, Amazon ne fait que continuer son expansion de l’e-commerce. Depuis plusieurs années, le géant de la vente en ligne a ouvert des supermarchés au concept inédit : acheter des produits sans passer à la caisse. Un magasin de ce type a ouvert pour la première fois en Europe en 2021. Il s’agit de télécharger l’application, de scanner un QR code et le système enregistre automatiquement ce que le consommateur a mis dans son panier. Le système numérique facture tous les achats effectués et c’est immédiatement débité du compte bancaire du consommateur. Plus besoin de patienter une heure à la caisse un soir de semaine. Mais plus besoin non plus de payer des employés qui se retrouvent alors au chômage … Le concept de « magasins sans vendeurs » s’impose de plus en plus sur le marché de la grande distribution. Dans le courant de l’année 2022, Amazon a annoncé l’ouverture de magasins de vêtements high-tech aux Etats-Unis, baptisés « Amazon Style ». Le consommateur pourra payer directement avec le système de paiement biométrique d’Amazon qui scanne la paume de main. Pour ceux qui n’aiment pas être dérangés, c’est le rêve. Pour ceux qui cherchent un contact humain ou simplement des conseils pratiques, c’est un cauchemar. Rien de mieux pour relancer les débats sur la collecte des données personnelles et sur la protection de l’identité numérique. Une avancée toujours plus claire vers l’e-commerce et une expérimentation de ce qui pourrait être l’avenir des magasins où le métier de vendeur n’existerait plus. Voilà matière à réfléchir sur les avantages et les inconvénients de l’automatisation des services proposés au sein de nos sociétés de consommation post-modernes. 

La playlist de la bifurcation
« On ne naît pas mec » Daisy Letourneur examine les masculinités
Jane Sebbar

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture