Essais
« Le Système Amazon », un appel à la résistance ?

« Le Système Amazon », un appel à la résistance ?

18 juin 2021 | PAR Julia Wahl

Les éditions du Seuil et les éditions du Sous-sol publient dans une traduction de Morgane Saysana et Guillaume Contré Le Système Amazon. Une histoire de notre futur. Un livre-somme du journaliste américain Alec MacGillis, qui travaille notamment au New Yorker.

Une minutieuse contextualisation

Les reportages sur cette entreprise monstrueuse qu’est Amazon, avec ses employés obligés d’uriner dans des bouteilles en plastique pour respecter les cadences, sont nombreux. L’originalité première du livre d’Alec MacGillis est de l’inscrire dans une histoire américaine plus ancienne. Remontant le cours du XXe siècle, le journaliste s’attache tout d’abord à montrer les conditions d’émergence de cette hydre 2.0 : la paupérisation progressive de villes et régions entières, qui conduisent leurs citoyens à s’estimer chanceux d’obtenir un poste pénible et mal payé chez le géant de la livraison en ligne ; un processus d’ « optimisation fiscale » bien rôdé ; la collusion de la multinationale et de pouvoirs publics qui assument de publier des appels d’offres auxquels seul Amazon peut répondre…

Cette triple contextualisation – historique, sociologique et économique – permet de rendre compte d’un système qui, Amazon ou pas, se nourrit des plus pauvres et exonère les plus riches de toute responsabilité, pénale, morale et fiscale. Car l’important n’est finalement pas de savoir si Jeff Bezos est un fieffé cynique : il est avant tout le produit d’une époque et d’une économie. Alec MacGillis le montre grâce à une enquête méthodique et minutieuse.

Faire entrer les pauvres dans l’Histoire

Les histoires familiales nourrissent abondamment ce livre. Les légendes des grands du capitalisme numérique, certes, mais aussi celles de leurs salariés, comme Todd, Nathan ou Sara, qui, à leur tour, ont droit à leur mythologie. Mais, de Grande Dépression en confinement covidien, leur destin est tout autre : en retraçant leurs histoires sur plusieurs générations, l’auteur met en évidence le poids des déterminismes sociaux et l’extrême difficulté à sortir de sa classe d’origine.

Ces sagas et tranches de vie sont mises en valeur par la structure rigoureuse du livre : Le Système Amazon entremêle les histoires sordides des laissés-pour-compte aux épopées glorieuses des géants d’internet, grâce à des chapitres construits autour de thèmes généraux (« service », « carton », « sécurité », « livraison »…). Ainsi, le lecteur prend conscience des différentes facettes que peut présenter chacun de ces domaines. Les personnages eux-mêmes reviennent d’un chapitre à l’autre, à la manière d’un cycle balzacien.

Moderne dystopie

C’est en effet à la manière d’un romancier que Alec MacGillis nous dépeint cette Amérique gouvernée par Amazon : outre la précision de son enquête, digne d’un écrivain réaliste, il nous raconte cette conquête, du moins dans la version française, à l’imparfait. Ce temps suffit à conférer à l’ensemble les allures d’une étrange dystopie, d’un monde qui nous effraie, mais auquel nous n’osons (ne voulons) croire.

La description des désastreuses conséquences de l’hégémonie d’Amazon sonne alors, pour les Européens que nous sommes, comme un avertissement : les petits commerçants floués par des promesses d’une extension de marché, les taxes qui, « optimisation fiscale » oblige, ne rentrent plus, la pollution des énormes data centers… sans oublier les morts du travail non reconnues. C’est bien comme un signal d’alarme que le sous-titre français, « Une histoire de notre futur », nous invite à lire ce livre, quand le titre américain, Fulfillment, semblait prendre acte des destructions sociales, économiques et environnementales commises par Amazon. Un sous-titre en forme d’appel à la résistance ?

 

432 pages – 24 euros

Visuel : couverture du livre

À Florence, la plus belle des Forza
Questions à Jean-Michel Verneiges, directeur artistique du Festival à l’abbaye Saint-Michel en Thiérache
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture