Actu
Amazon : le géant américain interdit de vendre des livres en France

Amazon : le géant américain interdit de vendre des livres en France

15 avril 2020 | PAR Clémence Varène

Depuis hier, mardi 14 avril, la boite numéro un de la vente en ligne devra se contenter de proposer des produits considérés comme nécessaires, sous peine de lourdes sanctions.

Ces dernières semaines, Amazon connait de grosses difficultés, suite à la mise en grève de nombre de ses employés. Ceux-ci refusaient d’assurer la confection et la livraison des colis, qui les exposaient à de nombreux risques, pour assurer la vente de produits non nécessaires à la vie de tous les jours, comme par exemple des livres, des DVDs, des vêtements, ou encore des chaussures.

Les livreurs plus particulièrement se plaignaient de conditions de travail déplorables, puisqu’ils devaient parfois porter le même masque pendant plusieurs jours, au lieu de pouvoir en changer quotidiennement, voir même plusieurs fois en 24 heures. Des conditions sanitaires qui n’alarmaient pas plus que ça les dirigeants qui ont refusé de se rendre à la réunion des autorités à Florence, pour échanger sur les mesures sanitaires nécessaires face à la crise.

Si la filiale française avait, dès le début de la crise, affirmée se contenter sur la  vente des produits prioritaires, elle s’est pourtant bien gardée de fournir une liste précise des dits produits, et a continué à vendre des biens bien loin du concept de première nécessité. C’est en tout cas le témoignage d’ActuaLitté, qui a contacté l’entreprise. dans ce même article, ils expliquaient comment la marque s’y prenait pour continuer à vendre des livres malgré le manque de stock en cette période de confinement.

Face à ces différents éléments, le jugement du tribunal de Nanterre est sans appel : Amazon a tort, et doit privilégier la santé et la sécurité de ses employés. Ainsi, si les entrepôts ne seront pas complètement fermés, l’activité sera tout de même considérablement réduite, et ce dans un délais de 24 heures, et ne pourra concerner que les produits alimentaires, sanitaires et hygiéniques. Si ces mesures ne sont pas respectées, le géant devra se soumettre à une amande de 1 million d’euros par jour de retard et par infractions.

Visuel : ©all creative commons – flickr

« La Maison des Destins » : une histoire de la Shoah en Hongrie par Viktor Orban
L’agenda cinéma du 15 avril 2020
Clémence Varène

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *