Actu
Le spécialiste des manuscrits de la mer Morte Géza Vermes est décédé

Le spécialiste des manuscrits de la mer Morte Géza Vermes est décédé

22 mai 2013 | PAR Ines Zorgati

 

 

 

 

 

Le spécialiste des religions et professeur émérite de la prestigieuse université d’Oxford Géza Vermes est décédé le 8 mai dernier, des suites d’un cancer. Grand nom de la théologie, il avait notamment contribué à l’Histoire en traduisant en anglais les manuscrits de la mer Morte.

Lorsqu’en 1947 les premiers rouleaux de parchemins, comptant parmi les plus anciens manuscrits bibliques au monde, sont découverts sur le site de Qumrân, près de la mer Morte, Géza Vermes fut un des premiers experts à les examiner. Après avoir consacré sa thèse de doctorat à ces rouleaux, considérés comme une des plus importantes découvertes archéologiques jusqu’à ce jour, il entreprit leur traduction.

Ces manuscrits sont pour la plupart des textes de la Bible hébraïque dont des extraits de tous les Livres, exceptés du Livre d’Esther, ont été mis à jour. Ils sont donc majoritairement écrits en Hébreu avec également quelques passages en Grec. Conscient de la valeur inestimable de cette découverte, Vermes consacra sa vie à militer pour rendre ces rouleaux plus accessibles au public.

Les traduire fut un premier pas. Il devint par la suite professeur d’Études Juives à Oxford, et se prononça également publiquement de nombreuses fois sur le sujet, qualifiant même de « scandale académique » le fait que les manuscrits ne soient accessibles qu’à une poignée de spécialistes.

Décédé en mai 2013 à 88 ans, il aura vécu assez longtemps pour voir son vœu de rendre les manuscrits de la mer Morte accessibles à tous se réaliser. D’ordinaire soigneusement conservés au Musée National d’Israël, dans des conditions recréant au plus près la température et l’humidité des grottes de Qumrân, les rouleaux sont en effet exposés sur internet depuis 2011. Suite à un partenariat avec Google, plus de 900 manuscrits ont été digitalisés et sont désormais virtuellement accessibles par tous, et en haute définition sur le site DeadSeaScrolls.org ou sur le site du Musée National d’Israël.

Visuel: (c) manuscrit extrait du Livre d’Isaïe. capture d’écran site du Musée National d’Israël.

Vortex, la troublante métamorphose plastique de Phia Menard
Les fantasmes de François Ozon : provoc médiatique facile ou véritable propagande ?
Ines Zorgati

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *