Actu

Les fantasmes de François Ozon : provoc médiatique facile ou véritable propagande ?

Les fantasmes de François Ozon : provoc médiatique facile ou véritable propagande ?

22 mai 2013 | PAR Alice Dubois

Chaque édition du Festival de Cannes recèle ses petites perles cinématographiques, ses grandes découvertes artistiques mais aussi ses éternels propos provocateurs qui font le tour du web et déchaînent les passions. Cette année, c’est le cinéaste français François Ozon qui s’y colle en nous expliquant pourquoi et comment la plupart les femmes rêvent de se prostituer. Parce que faire scandale est tellement plus facile que de faire un bon film.

Ozon

Pour cette 66ème édition du Festival de Cannes, c’est avec « Jeune et jolie » que François Ozon a reçu son ticket gagnant pour la Sélection officielle. Son nouveau long métrage raconte l’histoire d’une adolescente de 17 ans ultra sexy et désirable (la mannequin Marina Vacth) qui se prostitue juste pour le plaisir. Interviewé par la journaliste Rhonda Richford du Hollywoof Reporter, Ozon s’est lancé dans une explication hasardeuse sur le thème de son film en affirmant :  « Je pense que les femmes sont vraiment connectées avec cette fille parce que c’est le fantasme de nombreuses [d’entre elles] de se prostituer. Cela ne veut pas dire qu’elles le feront, mais le fait d’être payée pour coucher est quelque chose de très significatif dans la sexualité féminine ».

Nous tenons tout d’abord à dire Merci à François Ozon pour sa participation active à l’élaboration d’un idéal féminin si haut de gamme. Nous ne savions pas que les fantasmes étaient tous inscrits dans un cahier des charges intitulé « Comment être une vraie femme ?». Y-a t-il un livre que nous avons oublié de lire où serait inscrit que la passivité, la demande de domination et la prostitution sont des fantasmes féminins universels ?

Cependant, rassurez-vous, quand François Ozon parle de prostitution, il ne parle pas de celle à laquelle vous pensez. Car dans l’univers de Monsieur Ozon, la prostitution ne connaît ni la misère ni les réseaux clandestins et encore moins le trafic d’êtres humains. La preuve avec « Jeune et jolie »: la prostitution c’est glamour, c’est chic et tellement « politiquement incorrect » que ça en devient super hype. Les filles ont 17 ans, le font par plaisir et surtout (très important) avec des hommes qu’elles pourraient appeler papi, tout ça au cœur d’un hôtel pas minable.

Un pitch fidèle à la réalité pour le cinéaste français ! Ah bon ? Et pourquoi est-il si sûr de lui ? Parce qu’il avoue avoir parlé avec « beaucoup de femmes » et même avec des psychologues. « C’est la réalité. (…)… Tout le monde sait ça !» Devant cet argument implacable, nous ne savons que dire.  Monsieur Ozon semble avoir cerné chacune d’entre nous.

Mais cette « réalité » dont il est persuadé ressemble surtout à un fantasme masculin de réalisateur devant le corps dénudé de sa jeune nymphette (il paraîtrait même qu’il l’a mise en fond d’écran). Monsieur Ozon rêve à des adolescentes de bonne famille qui rêvent de jouer avec les vieux monsieurs…Ah si seulement c’était vrai. On s’approcherait du Nirvana, non ?

Alors vraiment, Merci François Ozon de véhiculer cette bonne vieille image de la putain adolescente qui rêve d’octogénaire, d’imposer vos fantasmes masculins à la gente féminine, de participer à ce que le cinéma français a de moins joli : une vision sexiste, machiste et tellement loin de notre réalité. Nous n’avons pas (encore) vu votre film mais nous ne doutons pas de l’enrobage intellectuel bourgeois et pseudo psychologique qui entoure vos propos. Tout cela fera certainement avaler la pilule.

Bien sûr, on ne vous imputera pas le fait que les comédiens ont toujours des épouses bien plus jeunes qu’eux à l’écran (nécessaire propagande dans un monde masculin), que les femmes sont souvent payées pour incarner des fantasmes affligeants au cinéma, que rares sont celles qui accèdent à la réalisation, qu’elles sont si peu nombreuses à Cannes. Que passé un certain âge, elles n’ont souvent plus d’intérêt pour le cinéma français. Mais ça, c’est un autre sujet…

Le spécialiste des manuscrits de la mer Morte Géza Vermes est décédé
Les Historiens de garde – de Lorànt Deutsch à Patrick Buisson – de William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin, sur les dangers de l’instrumentalisation de l’histoire…
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

One thought on “Les fantasmes de François Ozon : provoc médiatique facile ou véritable propagande ?”

Commentaire(s)

  • ANNE-MARIE PIRIS-DUBOIS

    Il n’y a pas si longtemps, je revais de me réincarner en homme dans une prochaine vie!! Just pour savoir!!! Tout compte fait, même avec les règles douloureuses, les accouchements sans péridurale et tout le reste, je prend le risque d’être de nouveau une VRAIE FEMME, n’en déplaise à Mr OZON et tant mieux si je ne suis pas son genre. Mon fntasme à moi a été d’avoir un vrai mec qui m’aime et me respecte.

    mai 22, 2013 at 13 h 12 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *