Actu
L’actrice Adèle Haenel et le réalisateur Ladj Ly rejoignent l’Académie des Oscars

L’actrice Adèle Haenel et le réalisateur Ladj Ly rejoignent l’Académie des Oscars

07 juillet 2020 | PAR Loïs Rekiba

La récente nomination du réalisateur et de l’actrice à l’Académie des Oscars semble montrer que le cinéma international s’ouvre, de manière certes progressive mais assurée, aux femmes ainsi qu’aux minorités.

#MeToo et la prise de conscience actuelle d’une diversité nécessaire au sein du 7ème art.

Le mouvement #MeToo aura levé de nombreux tabous sur l’industrie du cinéma américain et mondial. On peut notamment citer la critique émise par une partie du public – cinéphile (ou non) mais  attentif aux questions sociétales – à l’égard d’un cinéma hollywoodien jugé trop masculin et blanc et qui, à travers l’institution de l’Académie des Oscars, ne ferait que reproduire un septième art trop oublieux des critères de diversité et d’égalité des représentations de genre et/ou de race. Cependant, cette récente nomination est peut-être le signal d’une profonde évolution de l’Académie en particulier et, plus généralement, du cinéma mondial dans son ensemble. Cette ouverture porte une forte dimension symbolique, dans la mesure où ce geste intervient au moment où une partie de la société américaine est en proie à une réflexion sur son passé esclavagiste à la suite du décès de George Floyd. À ce titre, le choix de l’Académie des Oscars de mettre en oeuvre des règles nouvelles favorisant la diversité de sa sélection s’ancre dans un contexte tout à fait particulier auquel l’institution prête désormais une oreille manifestement plus qu’attentive.

L’Académie des César et son évolution notable vers plus de diversité.

En tout cas, la liste, publiée mardi 30 juin, des 819 nouveaux membres invités à rejoindre l’institution cette année va dans ce sens. On y apprend en effet qu’elle sera composée à 45 % de femmes et à 36 % de minorités ethniques « sous-représentées dans l’organisation ». On compte parmi les personnalités fraîchement nominées l’actrice engagée Adèle Haenel (qui s’est illustrée dans le film Portrait de la jeune fille en feu ainsi que pour son coup de gueule fracassant exprimé à l’encontre de la nomination du bien connu Roman Polanski lors de la remise de son César pour la meilleur réalisation), le cinéaste français Ladj Ly (réalisateur de Les Misérables) mais aussi d’autres actrices telles que Awkwafina (Crazy Rich Asians), Cynthia Erivo (Harriet) ou encore Eva Longoria. Mais d’autres Français ont également été invités à intégrer la prestigieuse Académie des Oscars  : Mati Diop (Atlantique), Jérémy Clapin (J’ai perdu mon corps), Yolande Zauberman (M), Nicolas Philibert (De chaque instant) ou encore Alexis Manenti (Les Misérables).

Un chamboulement des effectifs nécessaire pour une meilleure représentation de la diversité au cinéma.

On peut être amené à croire que cette ouverture à la diversité fait dorénavant office de promesse engageante puisque, en effet, en 2016, après avoir essayé de vives critiques pendant de nombreuses années, l’Académie des arts et sciences du cinéma avait annoncé sa volonté de doubler le nombre de femmes et de membres issus de minorités ethniques  dans ses rangs, d’ici à 2020. C’est désormais chose faite et l’Académie peut donc se congratuler de voir que « Ces deux objectifs ont été dépassés »,  comme elle l’indique dans un récent communiqué. De cette sélection émerge effectivement une diversité qui n’était clairement pas la norme les années précédentes. Si l’on en croit le Hollywood Reporter, l’Académie a envoyé des invitations à 45% de femmes, 36% à des personnes de couleur et près de 50% à des non-Américains pour rejoindre son cénacle. Cette ouverture à la diversité s’est donc caractérisée par une augmentation notable des effectifs de l’Académie : elle passe d’environ 6 000 à près de 10 000 membres actuellement. Enfin, il est possible que cette méthode de recrutement plus ouverte et attentive aux soubresauts de la société ait permis au film Parasite de remporter cette année le prix le plus prestigieux de la Cérémonie, le film de Bong Joon-ho étant le premier long-métrage en langue étrangère à remporter le prix du meilleur film de toute l’histoire des Oscars !

Visuel : ©Laetitia Larralde

Académie des César: vers un nouveau souffle paritaire ?
Concert solidaire pour la réouverture de l’Opéra Garnier
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *