Actu
Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti au gouvernement: Quelles réactions de la part du monde de la culture ?

Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti au gouvernement: Quelles réactions de la part du monde de la culture ?

09 juillet 2020 | PAR Chloé Hubert

Alors que l’égalité homme femme avait été annoncée comme étant « la grande cause du quinquennat » par Emmanuel Macron, les nominations conjointes de Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti scandalisent. Le premier est accusé de viol alors que le second est un misogyne notoire. Après les premières réactions de nombreux collectifs féministes, peut-on attendre une vague plus large d’indignation, notamment dans le milieu de la culture ? 

« Une formidable claque qu’Emmanuel Macron lance au visage de toutes celles et ceux qui se sont mobilisés contre les violences sexuelles »

C’est ainsi que l’ancienne ministre des Droits des femmes et l’actuelle sénatrice socialiste, Laurence Rossignol, qualifie ces deux nominations. En effet, alors que le gouvernement précédent avait choisi de montrer son attachement à la cause de la lutte pour l’égalité et contre les violences sexistes et sexuelles, notamment avec le lancement de son grenelle des violences conjugales, le choix de personnalités controversées indigne. Rappelons que le nouveau ministre de l’intérieur est visé par une enquête pour viol qui date de 2009 alors qu’il était chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP. La cours d’appel de Paris à d’ailleurs ordonné le mois dernier une reprise des investigations, une affaire toujours en cours donc. Le nouveau porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à toutefois choisi d’invoquer la présomption d’innocence pour étayer le fait que cette plainte ne constituait «pas un obstacle» selon l’entourage du président. Accessoirement, on le connait également supporter de la manif pour tous. Le second, en plus de ses sorties contre le parquet national financier et anti magistrats, s’est quant à lui souvent illustré par ses propos misogynes, fustigeant par exemple l’ « ère victimaire » post #metoo. Egalement sur le mouvement, Éric Dupond-Moretti estimait qu’ « il y a des ‘follasses’ qui racontent des conneries et engagent l’honneur d’un mec qui ne peut pas se défendre car il est déjà crucifié sur les réseaux sociaux », ou encore : « il y a des femmes que le pouvoir fait bander ». Le compte instagram Préparez-vous pour la bagarre a également ressorti une phrase prononcée par notre nouveau Garde des sceaux dont nous vous laissons apprécier la gravité.

«Un violeur à l’Intérieur, un complice à la Justice»

C’est par ce type de slogans scandés par des militantes féministes qu’ont été accueillies les nominations de Gérald Darmanin et d’Eric Dupond Moretti, respectivement à l’Intérieur et à la Justice. De nombreux rassemblements se sont rapidement organisés suite à l’appel de différents groupes féministes. Hier, le collectif Nous toutes à appelé à manifester devant le ministère de l’Intérieur à l’occasion de la passation de pouvoir pendant que les Femen se réunissaient en même temps devant l’Elysée. De leur côté, les colleuses ont manifesté à leur manière et de nouveaux collages sur mesure ont vu le jour. 

Et maintenant ? 

Une pétitions s’est créée « pour un gouvernement qui ne promeut ni racisme, ni culture du viol, ni LGBTQIA+phobies » (plus de 70 700 signataires, voici le lien) accompagnée d’une autre de moindre ampleur lancée plus spécifiquement par Osez le féminisme ! « exige[ant] le retrait de Gérald Darmanin et d’Éric Dupond-Moretti du gouvernement » (déjà 7000 signataires, voici le lien). Si la sphère militante s’est enflammée – à juste titre – de ce « remaniement de la honte », on observe toutefois un silence relatif de la part d’autres milieux, notamment celui de la culture, lui aussi toutefois particulièrement touché par les questions de harcèlements et de violences sexuels et sexistes. Probablement peu ému par les essais sur les planches du nouveau Garde des sceaux l’année dernière, sobrement intitulés Eric Dupond-Moretti à la barre, nous attendons avec impatiences les éventuelles réactions du monde de la culture. Peut être que la révolte viendra de la nouvelle génération post #metoo. La jeune chanteuse Angèle que l’on connait pour ses prises de position féministe à d’ailleurs partagé hier sur Instagram dans sa story une réaction à la nomination de Darmanin. On pense aussi à des jeunes artistes comme Pomme ou Suzanne qui prennent régulièrement la parole et on espère qu’elles en entraineront d’autres dans leur silage. Le cinéma, quant à lui, a déjà pour lui Adèle Haenel, Céline Sciamma, Rebecca Zlotowki et d’autres encore… On espère que dans les années à venir, c’est toute la culture qui rejoindra la lutte ! 

Visuel:  ©Laetitia Larralde

Une réouverture enfin prévue pour le Cinéma La Pagode
Mort de Georges Pailler, « le dernier des pornographes » écrivant sous le nom d’Esparbec
Chloé Hubert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *