Actu
Des autrices et auteurs menacent le Festival d’Angoulême de boycott

Des autrices et auteurs menacent le Festival d’Angoulême de boycott

25 janvier 2021 | PAR Manon Bonnenfant

C’est une double menace qui pèse sur la 48e édition du célèbre festival de la BD : en plus du Covid-19, près de 500 auteurs appellent au boycott du festival, une pétition mise en ligne par le Collectif Autrices Auteurs en Action. 

Dans une tribune adressée à l’organisation du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême ainsi qu’au gouvernement, 500 autrices et auteurs appellent à boycotter la 48ème édition du festival, prévue pour fin juin, et dont la tenue dépend déjà de l’évolution de la crise sanitaire. Quelles sont les motivations derrière ce mouvement ? Tout d’abord, que leur profession soit reconnue de par la création d’un statut. Ensuite, que leur métier bénéficie d’une meilleure représentation syndicale. Et enfin, une place plus importante au sein de la chaine du livre. Difficile de croire qu’un tel métier – populaire dans l’imaginaire collectif – soit aussi peu pris en considération en 2021, et pourtant… 

Un an plus tôt, les autrices et auteurs avaient cru apercevoir une lueur d’espoir avec le Rapport Racine. Un rapport qui alertaient les pouvoirs publics sur la situation des artistes-auteurs, qu’elle soit économique et sociale. Une reconnaissance officielle avait ainsi été faite mais depuis, le soufflé est vite retombé, comme l’atteste le Collectif Autrices Auteurs en Action : « Depuis le Rapport Racine, rien n’a changé pour nous et pour notre statut. » 

Suite à cet échec, les artistes ne décolèrent pas et montent d’un cran avec cet appel au boycott, après avoir précédemment eu recours à des grèves de dédicaces (là encore, une activité non rémunérée). Un boycott qui ne se fait pas sans raison : le festival est en effet accusé d’engagements de façade mêlé au déni, notamment de par son partenariat avec la SNCF qui exposait plusieurs dessins d’artistes sans qu’une quelconque rémunération ne leur soit versée. Leur situation est bien trop grave pour qu’elle soit prise à la légère ou sujette à des doubles discours qui instillent plus de faux espoirs qu’autre chose. Le festival d’Angoulême étant un évènement mondialement réputé, à la couverture médiatique et symbolique importante, il est clair que ce boycott attirerait l’attention des organismes concernés.

Une pétition de près de 500 signataires – dont certains aux noms reconnus comme Boulet ou Terreur Graphique –  et qui tend encore à s’accroître. Se faire entendre et alerter sur une douloureuse vérité : « sans autrices, sans auteurs, sans création, pas de bande dessinée. » A retrouver juste ici

 

 

 

 

 

 

Visuel : ©Affiche Festival de la Bande Dessinée 2021

Agenda culturel de la semaine du 25 janvier
Les mutiques visages de Vivian Maier à la Galerie Les Douches
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture